"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut." Ciceron

Kilomètre Zéro

Synthèse & résumé À propos du livre Biographie de l'auteur

Résumé du livre « Kilomètre Zéro »

 
REGRETS OU REMORDS
« Il faut plus de force de caractère pour comprendre un adversaire que pour le rejeter. » Sébastien Provost
Maëlle est directrice financière dans une start-up en pleine expansion.   Elle mène une vie bien rodée jusqu’au moment où sa meilleure amie lui demande un immense service.  Une question de vie ou de mort…  Maelle accepte la mission et se rend au Népal où elle doit prendre possession d’un document qui permettra à son amie de guérir.

EXTRAITS

AVEC DES YEUX D’ENFANTS
« Notre situation peut être perçue comme le paradis où l’enfer : tout dépend de notre perception. » Pema Chödrön
« Chaque instant que tu perds à être malheureuse ne te sera jamais rendu.  Tu sais où commence ta vie, mais pas quand elle s’arrête. Une seconde vécue est un cadeau que nous nous devons de ne pas gâcher.  Le bonheur se vit maintenant.  Si tu penses qu’être ici est une obligation, tu vas vivre des moments difficiles ces prochaines heures ; car la montagne est un miroir géant.  Elle est le reflet de ton âme.  Elle est le reflet de ton état d’être.  Tu as le choix de saisir l’opportunité qui t’est offerte, d’expérimenter ce voyage autrement, en arrêtant de comparer ce que tu es, ce que tu sais, ta culture, ton niveau de vie, ton confort. Si tu acceptes d’observer sans juger avec un regard neuf en oubliant tout ce que tu as déjà vu, alors, tu découvriras un monde nouveau dans lequel tu pourras prendre un plaisir supérieur à celui que tu connais… » 
« Abandonner tes certitudes et découvrir chaque chose pour la première fois, comme un enfant qui vient de naître et s’émerveiller de tout.  Ne compare pas avec ce que tu connais.  Continue à observer comme si ton cerveau était vierge.  Regarde sans ajouter de réflexion. Prendre conscience nécessite une seconde quand on est prêt, mais changer des habitudes de plusieurs années prend à l’évidence un peu de temps… »
 
PILE OU FACE
« Vous ne pouvez pas arrêter les vagues, mais vous pouvez apprendre à surfer. » Joseph Goldstein  
« Tu as fait des études brillantes qui t’ont permis de te servir de ton cerveau correctement.  C’est bien utile dans de multiples cas.  Mais qu’en est-il de ton cœur ? Qui t’a appris à écouter ? Pour prendre ce genre de décision et n’avoir aucun regret, il suffit d’entendre ce battement intérieur.  C’est le seul à pouvoir te guider sur le chemin de ta vie, celui qui te correspond, celui qui te mènera vers la réalisation. »  
« Tu as peur de ne pas y arriver,…Ton cerveau te décourage et trouve les bonnes excuses pour te persuader de rentrer : « ce n’est pas de ton niveau, tu n’es pas sportive »..lorsque ces doutes ne suffisent pas à te convaincre, cette voix insolente utilise d’autres armes, comme la culpabilité : comment peux-tu laisser tomber tes salariés… »
 « Maintenant que tu as identifié tes peurs, pourrais-tu me dire ce que tu ferais si elles n’existaient pas ? Quelle décision prendrais-tu si le parcours était simple et sans effort ? Seul ton cœur est capable de prendre ce genre de décision en faisant abstraction de tes peurs, tu as entendu sa voix sereine.  Pourquoi ne pas dépasser tes craintes ? Que décide tu d’écouter ? Ton cerveau et tes peurs où ton cœur et ton amour ? » 
CHANCE OU MALCHANCE
« Je ne vois qu’un moyen de savoir jusqu’où on peut aller.  C’est de se mettre en route et de marcher. » Henri Bergson
« Ton cerveau a besoin d’être rassuré. La nouveauté fait peur à l’égo qui critique et se sert de tes facultés mentales pour comparer afin de se rassurer en te ramenant dans sa zone de connaissance.  Reste en observatrice de ce que tu vois.  Tu ne peux plus juger, puisque rien d’autre n’existe que ce qui est.  Rester observateur sert à ne pas te laisser envahir par des pensées polluantes qui t’empêchent d’apprécier le moment présent. Lorsque tu les élimines, plus rien ne peut atteindre ton bien-être. N’est-ce pas un bel objectif que de se sentir bien à chaque instant ? »  
« Par exemple, un imbécile roule n’importe comment et a failli nous rentrer dedans. Nous avons eu peur.  Tout pourrait s’arrêter là, mais la frayeur provoque en nous des réactions en chaîne, parce qu’il nous faut la justifier.  Avec la peur vient un sentiment d’agression, d’humiliation et d’injustice. Crois-tu que cet homme a cherché à nous faire du mal ? Nous avons le choix de retrouver le bien-être dans lequel nous étions avant les faits, où d’alimenter notre colère contre cet individu autant de temps que nous le souhaitons, mais la fraction de seconde dans laquelle nous avons eu peur ne peut justifier le long mal-être qui suit.  Une seule personne est responsable de l’état dans lequel tu te mets.  C’est toi.  Tu n’es pas responsable de ses actes de l’autre, mais tu es responsable de tes émotions et de ton mal-être.  Si nous admettons que le bonheur prend naissance en nous et que rien ne peut le déséquilibrer, nous verrouillons l’accès aux situations extérieures toxiques. Nous observons sans y ajouter de pensées polluantes. »
REFUS DE PRIORITE
« Réfléchissons à ce qui possèdent vraiment une valeur, à ce qui donne un sens à notre vie, ordonnons nos priorités en conséquence. Tenzin Gyatso  
« Imagine que ce récipient soit ta vie.  Et que les 3 cailloux symbolisent les choses les plus importantes pour toi : ce dont tu ne pourrais te passer pour être heureuse.  Considère les graviers comme des priorités secondaires, celles qui arrivent juste après l’indispensable.  Enfin, imagine que le sable corresponde à tout le reste : les bonheurs futiles, ceux qui te font du bien, mais qui sont un complément de l’essentiel puis de l’important.   Si j’avais rempli le pot de sable il n’y aurait plus de place pour les graviers et les cailloux.  C’est pareil pour ta vie : si tu consacres ton temps et ton énergie aux éléments secondaires et tu n’as plus d’espace pour l’essentiel, tu passes à côté de ton chemin.  Tu cours après le superficiel en te demandant pourquoi tu n’es pas heureuse.  Arrête de charger ton bocal de sable… Emplis ton bocal, caillou par caillou, gravier par gravier, grain de sable par grain de sable en considérant chacune de tes priorités.  Continue avec le même raisonnement, jusqu’au dernier grain.  Mais fais attention à ce que tu veux, car tu risques de l’obtenir ! » 
« Chaque jour, je suis attentif à ce que je mange pour ne pas faire de mal à mon corps et je contrôle mes pensées pour ne pas blesser mon âme. La santé n’est jamais acquise et demande une surveillance constante, elle représente ma priorité ultime, que je ne sacrifierai pour aucune autre dans mon bocal. »
ESPRIT POSITIF
« Nous sommes ce que nous répétons chaque jour. » Aristote
« Un de tes gros cailloux est de vivre l’amour.  Les occasions sont déterminantes. Es-tu ouverte aux rencontres ? Il te faut changer ton état d’esprit pour accueillir les opportunités sans répéter les mêmes erreurs.  Pour recevoir le bonheur, il va falloir penser autrement, être positive, croire en ce que tu souhaites et en la vie, car tu attires ce que tu es.  Comment s’ouvrir vers l’extérieur ? C’est avant tout se remplir de l’Intérieur.  Quand tes pensées sont positives ton être se détend, tu deviens accueillante.  Les personnes qui te croisent ont envie de venir vers toi.  Le bonheur est à ta porte, mais encore faut-il que tu acceptes de l’ouvrir. Il est important de tirer les enseignements de tes expériences sinon tu es condamnée aux mêmes actions. Les seules vraies erreurs sont celles que nous commettons à répétition, les autres sont des occasions uniques d’apprentissage.  Ne crains pas l’échec, car il est le précurseur de la réussite.  Sois audacieuse, l’amour implique le risque. »  
« Tu attirée par ce que tu penses.  Ta peur de souffrir ne laisse à personne la possibilité d’entrer dans ton univers.  Tes pensées négatives sont tes pires ennemis : elles freinent le changement. En verrouillant ton accès, tu t’enfermes toi-même.  Tu dois contrôler chacune de tes pensées et t’assurer qu’elle est en phase avec ton objectif.  Dès que l’une s’égare, reformule la pour la remettre sur le bon chemin.  Si ta priorité est de rencontrer quelqu’un : Quel type d’homme ? Que veux-tu partager avec lui ? Quel genre de vie souhaites-tu ? Assure-toi qu’aucune pensée nocive ne te déroute de ce rendez-vous qui arrive à grands pas.  Pour le reste, laisse faire l’univers, il s’en charge ! »
« Seul le présent est réel. N’attends pas plus tard , changes ton état d’esprit maintenant.  Soit ouverte aux opportunités et aux rencontres.  La vie est l’addition du moment présent.  Chaque seconde gâchée est une seconde de perdue qui ne se récupère pas. » 
« Lorsque tu restes présente à ce qui arrive, tu vis l’instant.  Dès que tu es prisonnière de tes pensées, elle te transporte dans le passé ou le futur avec toutes les angoisses qui en découlent.  Plus tu prendras conscience de tes automatismes, moins ils s’imposeront. L’observation te sort de ce cercle infernal. »
SUSPENDU
« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. » Nelson Mandela  
« Il est temps pour toi d’expérimenter la virtualité de la peur.  Ton cerveau imagine les pires scénarios, mais ce ne sont que des inventions. Rien n’est réel. Rien ne te semble plus réel que ton imagination.  Ton corps réagit aux émotions :  face à la peur, il se raidit, ton cœur s’accélère, ton souffle est court.  Tu es bloqué dans un cauchemar imaginaire. La réalité est tout autre. Tu dois rassurer ton corps et contrôler tes pensées négatives pour sortir de cet état de panique. Commence par respirer profondément.  Observe de l’extérieur ce qui se passe et ne rentre pas dans tes émotions. »  
« Si la peur frappe à ta porte et que tu as le courage de l’ouvrir, tu t’apercevras que derrière, il n’y a personne. » 
« Les peurs naissent de la pensée. Par des exercices réguliers de prise de conscience, tu n’en seras plus le jouet, mais le maître.  Si tu observes ce qui arrive, tu peux calmer l’enfant paniqué qui est en toi.  Nous jonglons entre deux états : l’enfant qui someille en nous et l’adulte que nous sommes devenu.  Face à nos peurs, c’est le petit être qui domine, nous quittons notre lucidité. Ses émotions négatives l’emprisonnent, jusqu’à ce que l’ainé trouve les paroles rassurantes pour le ramener à la raison.  Lorsque l’enfant qui est en moi domine, je le rassure et lui expliquant que je l’accompagnerai jusqu’à la fin de sa vie.  L’homme que je suis devenu est armé pour le guider. »
« Le travail consiste à apprécier ce que tu vis maintenant et non pas à imaginer ce que tu vivras plus tard. Profite du chemin sur lequel tu es, des arbres qui dansent dans le vent, de la vie qui nous sourit partout où se posent nos yeux.  Laisse tes oreilles écouter les chants qui naissent dans le silence, ton nez respirer les parfums qui se mêlent, tes muscles se contracter et se détendre au rythme de tes pas et perçoit ton cœur se nourrir de tout cet amour.  Le bonheur est dans l’instant présent. »  
« La vérité : tu es tout ! Tu viens d’accéder à la source, l’amour dans lequel tu vis. Tu viens de goûter à l’infinie grandeur.  L’état originel que tu peux vivre à tout moment si tu sais faire taire ton mental.  Pourquoi as-tu besoin de croire ou pas ? Vis ! Fait l’expérience ! En nommant, tu restreins, or ce que je t’exprime est tout-puissant, illimité et éternel. »
MA CHERE COLERE
« La véritable liberté exige de s’affranchir de la dictature de l’égo et de son cortège d’émotions. »  Matthieu Ricard  
« Si tu veux vivre en phase avec tes priorités, tu devras changer ton état d’esprit et accueillir les nouvelles rencontres sans le poids du passé, sans projection vers le futur.  Regarde Matteo comme si tu voyais un être pour la première fois.  Oublie ce que tu connais des hommes et des italiens.  Écoute ton cœur, laisse-le te guider. » 
« Commence par regarder ce qui t’entoure. Ressens leurs énergies en profondeur.  Puis expire ta douleur.   Inspire leur immensité et expire ta frustration, inspire leur pureté et expire ta colère. Inspire et expire jusqu’à sentir que l’air qui entre soit aussi pur que celui qui sort, et que plus rien d’autre que la perfection n’ait besoin d’être expulsé. Inspire l’ensemble des montagnes, les arbres, le ciel, l’univers et expire.  Laisse la place à ce qui est ! » 
« Seuls 2 sentiments racine existent : l’amour et la peur.  Tu ne peux te trouver dans les 2 simultanément. L’état d’amour ne se vit qu’en conscience. Dans ce mode, le contrôle est dirigé par le cœur qui dicte chacun de tes gestes, l’ego ne peut plus s’exprimer.  En revanche, à chaque fois que tu laisses ton mental reprendre le pouvoir, il te plonge dans le passé ou le futur.  Tu entres dans la zone de peur, le royaume de l’ego qui invente des stratagèmes pour t’empêcher d’agir.  L’égo est terrorisé par le changement et à l’idée que tu le fasses taire. L’attaque devient une obligation pour l’ego.  Ses armes sont imparables : la colère et l’orgueil.  Jamais il n’avouera avoir tort ! Un second ennemi serait mieux : « c’est Mattéo qui t’a fait ma… ».  Tu es complice de ses actes en autorisant à guider ta vie.  Si tu résistes, tu vivras le pire des cauchemars.  Si tu l’acceptes et garde confiance en la vie, tu te rendras compte que tes rêves se réaliseront les uns après les autres.  Chaque fois qu’une opportunité se présente à toi, et que tu laisses ton ego la rejeter, ton quotidien te servira des situations plus douloureuses pour honorer ta volonté. Tu as 2 solutions : soit de faire taire ton coeur et changer d’objectif soit de garder sous silence ton mental et vivre ce que tu souhaites.   Et ta vie prend une direction différente, en accord avec ce que tu veux être. »
 
CARTE DE VISITE
« Vous pouvez, sans en être conscient, prendre bien des choses pour votre identité : votre corps, votre race, vos croyances, vos pensées. » Jack Kornfield  
En Occident, la valeur fondamentale sur laquelle repose tout votre système de compréhension, d’acceptation, de pouvoir, de reconnaissance et d’amour est l’argent.  Ce qui ne peut fonctionner ici.  Le respect est fonction de la taille de votre compte en banque.  Vous vivez dans la peur de perdre le peu amassé puisque l’amour n’est pas dissocié de l’argent.  C’est pareil dans vos relations sentimentales, vous ne rêvez qu’au travers des projets matériels : la maison, la voiture, les achats.  Votre système de valeurs est fondé sur votre patrimoine.  Vous ne savez plus donner sans imaginer d’intérêt en retour.  Pire encore : vous confondez ce que vous êtes avec vos conditions de vie.  Vous vous associez à votre titre, votre quartier, vos biens, vos origines, votre nom, votre travail, vos relations et n’existez qu’à travers eux.  Vous ne concevez plus d’être aimé pour ce que vous êtes : un simple être humain.  Dans l’Himalaya, nous sommes dans l’excès inverse.  A défaut d’argent, nous vivons dans la misère. Pour survivre, ces peuples se sont accrochés à des valeurs ancestrales et religieuses qui donnent un sens à leur vie. Ils n’ont pas l’occasion de se perdre dans l’opulence, ils sont confrontés à leurs besoins primaires. L’ego ne trouve rien pour s’engraisser, ce qui favorise la compassion, la solidarité, l’attention, les plaisirs simples… »  
« Tu ne dissocies plus ce que tu es de ce que tu gagnes. Tu ne sais plus si l’amour que l’on te porte est associé à ta réussite, à ce que tu représentes, ou à l’intérêt que l’on peut tirer de t’avoir dans son cercle de connaissance.  Le paradoxe est que les personnes qui ont atteint la fortune ne se considèrent pas en sécurité.  Elles en veulent toujours davantage.  Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance, pensant thésauriser l’amour.  Les signes extérieurs de richesse sont les gages de l’amitié que vous recevez. Lorsque tu fais tomber un à un les masques que ton ego a placés devant tes yeux pour se protéger, tu acceptes ta vulnérabilité et tu sauras qui tu es.  Tu te retrouves nue, mais tu ne t’affaiblis pas.  Au contraire, tu retrouves l’essentiel. »
 
REALITE TRONQUEE
« Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, mais nous les voyons comme nous sommes. »  Anaïs Nin  
« Tu as le mal des montagnes. Ton mental est réfractaire à tous ces changements. Lâche prise, fait équipe avec ton corps, c’est ton meilleur ami.  Entend son message subtil.  Essaie de rassurer ton cerveau en lui expliquant que tu souhaites qu’il s’épanouisse dans le domaine dans lequel il excelle : celui d’exécuter les choix de ton cœur.  Si chacun joue son rôle, vous interprèterez la plus belle symphonie qu’est ta vie. »
 
BELLE ENERGIE
« L’amour est la seule réponse à la haine. » Dilgo Rinpoché
« Les pessimistes, les négatifs, ceux qui veulent imposer leur point de vue, d’autres qui contredisent tout ce qui est dit, ou ceux qui se victimisent, sont des gens énergivores.   Ils sont animés par la peur.  Tu peux éviter ce genre de situation.  Il suffit d’être attentif. Je préfère observer sans cherchez à donner tort puis je me recentre pour envoyer des pensées aimantes. Le bonheur consiste à être en harmonie avec nous.  Seules nos pensées bienveillantes peuvent nous préserver de ces offenses.  Si tu changes ton regard sur eux, tu observeras que rien de ce qu’ils disent n’est tourné contre toi. En observant les peurs de ton interlocuteur, tu entres en empathie.  En étant conscient de ton état d’esprit, tu as les pleins pouvoirs sur la force que tu génères.  Le point essentiel et de t’assurer que tu cherches à rester en lien avec l’autre et non à avoir raison. »  
« Ferme les yeux et enchaînent 5 respirations.  Pense au mot douleur.  Après 1 min, décris-moi ce que tu ressens.  Maintenant pense au mot plénitude. Après une1 min, dis-moi ce que tu ressens. Comprends le pouvoir des mots et leur faculté à nous faire passer d’un état à un autre.  En modifiant ton état d’esprit, ton énergie attirera des forces de même intensité.  Avec la pratique, les pensées bienveillantes deviendront une drogue. »
UN CHOIX : 2 PORTES
« Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous. » Ghandi
« La peur est en état d’aveuglement et un automatisme.  L’amour est un état de conscience, d’infini et de liens.  L’amour ne s’exprime que dans le présent, il a tout à offrir.  La peur est conditionnée par le passé ou le futur : elle n’est rien, c’est une invention du mental. »
 
L’UNITE ABSOLUE
« La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent. »  Albert Einstein  
La première des 4 étapes du processus de transformation et de prendre conscience de notre aveuglement : nous avons le choix d’être dans nos croyances réflexes ou dans l’état de confiance.

  1. Regarder la vie d’un œil neuf, comme un enfant qui découvre le monde.
  2. Comprendre que derrière la multitude de visages sur terre, il y a une seule et même unité. Il nous appartient d’élever notre état vibratoire pour se connecter à l’énergie pure : l’espace ou tout est création, le champ de tous les possibles.
  3. Réaliser que nous créons nous-mêmes notre réalité : en changeant nos croyances, il nous est possible de remplacer nos modèles par d’autres.
  4. Toutes nos réflexions prennent racine dans la peur ou l’amour. La peur entraîne la tristesse la colère et l’agressivité.  L’amour permet l’harmonie du corps, la réconciliation, l’unité et le bien-être.   Nous avons le choix à chaque seconde de pousser la porte de la peur ou celle de l’amour.

 
A PARTIR DE MAINTENANT
« Avoir la foi, c’est monter la première marche, même quand on ne voit pas tout l’escalier. » Martin Luther King  
Rien ne peut bloquer un désir qui émane du cœur excepté l’égo.  Tu deviens libre au moment précis où tu deviens conscient.  C’est dans cet espace que tu pourras prendre les décisions avec un regard neuf, sans le poids du passé, sans culpabilité ni projection sur l’avenir. En sortant de tes croyances, le processus se met en place. »
« Une croyance du type j’ai peur de l’échec est une croyance bloquante.  Se tromper est un élément nécessaire à la réussite.  En lâchant les pressions de l’erreur nous pouvons nous libérer des barrières de la peur et commencer la transformation. » 
« À chaque fois qu’une idée ne te convient pas, ne la rejette pas, mais annule-la par une image opposée, puis valide à voix haute ce que tu transformes.   Par exemple : chaque année virgule tu visualise ton inflammation avant qu’elle n’arrive, et elle se manifeste.  Tu pourrais te visualiser guérie puis affirmer : « je commence l’année en pleine santé, aucun virus ne peut m’atteindre et je laisse les médicaments dans le placard. »  C’est mieux que de penser « J’ai un rhume récurrent les premiers jours de janvier, c’est une coutume, au point que j’emporte toujours quelques médicaments en prévention. »  Tes croyances reproduiront ton rhume chaque année si tu penses ainsi. Nul n’est plus chanceux que celui qui croit en sa chance ! C’est la loi de l’attraction ».
« Essaye de commencer ta phrase par à partir de maintenant je… À partir de maintenant, j’ai confiance en la vie, elle me présente les opportunités et je les saisi… à partir de maintenant, j’accepte de me tromper, l’erreur fait partie de la transformation…  à partir de maintenant, j’attire ce que je pense, si mes pensées sont positives, le positif arrive à moi. Si, en revanche mes pensées sont négatives, le négatif arrive à moi.  A partir de maintenant, je suis consciente des 2 portes devant moi.  A partir de maintenant, je suis moi. » 
« Sois attentive aux coïncidences de la vie et laisse faire l’univers, qui agira selon les lois de l’attraction. Plus tu seras lucide en observant ce qui est, plus vite la magie opérera. Une fois que tu accepteras ce qui est, tu commenceras à entendre cette petite voix. »
KILOMETRE 0
« Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue. » Victor Hugo  
« Lorsqu’une pensée parcourt ton esprit, ne la rejette pas, laisse-la passer comme un nuage dans le paysage. Reviens à la réalité. Profite de la magnificence de ce qui est. Rempli toi de cette belle énergie. » 
« C’est un problème récurrent dans le monde moderne, le résultat ! Se fixer une direction peut être utile, mais en se focalisant sur l’objectif, nous en oublions le voyage.  Notre obsession du résultat engendre notre peur de l’échec.  Nous souffrons de l’incertitude jusqu’au moment fatidique : soit nous atteignons notre but, en fixant un suivant et nous nous inquiétons de nouveau, soit nous n’y parvenons pas et nous effondrons renforçant l’idée de notre faible valeur.  L’objectif devient un traumatisme.  Le résultat n’est qu’un fait, un bref instant entre deux voyages.  L’objectif n’est pas un point d’arrivée, il fait partie du voyage comme le point de départ, mais n’est pas le voyage. Le bonheur ne réside pas au kilomètre final qui n’existera jamais, mais au kilomètre 0, celui qui commence à chaque instant.  C’est l’unique secret. »
L’INTUITION
« L’intuition est un éclair que Dieu nous prête. »  Anne baratins  
« Nous sommes là où nous devront être. il suffit d’être à l’écoute sans cherchez quoi que ce soit. »
 COCKTAIL
« Souvent, au moindre écueil, nous rétrécissons notre vision. Tenzin Gyatso  
« Pourquoi tant de relations sentimentales si fortes au départ se finissent dans des déchirures sordides.  Nous attendons de l’autre qu’il comble nos carences.  Tant que nous ne travaillons pas sur nos besoins non satisfaits, nous projetons sur l’être aimé nos attentes, au point de l’idéaliser.  Il se donne le rôle de répondre et d’alimenter nos dysfonctionnements.  Nous entrons dans une relation de dépendance mutuelle qui finit souvent par une catastrophe lorsque la magie disparaît. »
 « L’amour naît du véritable travail sur soi, dans l’acceptation de ce que l’on est, de ce qu’est l’autre et du soutien mutuel.  Tant que tu auras peur, tu ne pourras pas aimer.  Tu alimenteras la colère.  Tu seras prisonnière de l’égo qui t’empêchera de chérir.  Le véritable amour est présent partout.  Pour se sentir aimer, il est indispensable de s’apprécier soi-même.  Pour donner, il faut le posséder.  Tu ne peux offrir ce que tu n’as pas, tu ne peux pas recevoir ce qui ne vibre pas comme toi.  Pour vivre l’amour il est nécessaire de se débarrasser des strates qui l’empêche de s’exprimer.  Pour beaucoup, il se caractérise par une attirance entre 2 individus au point de ne songer qu’à cette autre personne.  Tu ne vis alors qu’une version limitée de l’amour et tu es condamné à une instabilité.  Tu cherches à combler tes manques et ta solitude en possédant l’objet de tes désirs jusqu’au moment du faux pas.  L’amour n’a rien à voir avec cela.  Il est inconditionnel. Lorsque tu as réglé tes blessures, tu pourras offrir et partager ce que tu es.  C’est un leurre de croire que quelque chose d’extérieur à toi te rendra heureuse.  Tu le seras parce que ton bonheur sera plein en toi. » 
« 3 clés m’ont permis de changer la vision de mes relations avec les autres. La première est que tu n’es jamais victime du monde que tu vois.  Pour accéder à la paix intérieure, il est nécessaire de le regarder avec bienveillance et non pas comme une menace.  Ne garde de tes expériences passées que l’amour.  Le reste est inutile et ne fait qu’encombrer l’esprit de fausses croyances.  La deuxième clé : arrête toute supposition. Lorsque tu interprètes ce que font où pensent les autres, tu perds une grande partie de ton énergie, tu crois à tes hypothèses comme une réalité en créant des problèmes inexistants.  La troisième clé : arrête de juger tout ce qui se produit, en bien, en mal.  Pour retrouver un état de bien-être, il est indispensable de regarder le monde avec bienveillance sans juger. C’est ainsi que nous sortons du besoin d’avoir raison. »
 
LE MIROIR
« Lequel de toi, lequel de moi aura l’audace, de voir en l’autre, tout le contraire d’une menace. » Patrick Bruel
« Pour retrouver l’harmonie entre les êtres, il suffit d’accueillir l’autre comme un cadeau, car il m’ouvre les portes de la compréhension en étant mon miroir. L’autre n’est que le reflet de ce que nous n’avons pas réglé. Lorsque nous sommes sereins et heureux le monde semble bienveillant. Quand nous sommes englués dans nos craintes, le monde nous paraît morose. Mon quotidien est le reflet de mes pensées et de mon état d’esprit. Notre bien-être dépend de nous et d’aucun autre élément extérieur.  Il n’y a plus de coupable à trouver ailleurs, l’autre n’est qu’une partie de nous-mêmes et vice versa. Les autres sont des miroirs, des cadeaux pour me mettre face à mon propre inconfort.  Je peux ainsi travailler sur mes peurs et mes carences. »   
« Nous avons 3 types d’attitude face à une nouvelle rencontre : soit nous ressentons une attirance, soit un rejet immédiat, soit de l’indifférence. L’individu qui nous inspire de l’antipathie fait appel à ce qui nous est laborieux de reconnaître chez nous.  Si je ne supporte pas les personnes qui me prennent de haut, je n’ai peut-être pas réglé mon complexe d’infériorité. L’attirance immédiate fonctionne de la même façon.  Ce qui nous attire chez l’autre est une partie de nous-mêmes à l’état embryonnaire.  Ce que nous désirons faire grandir, mais dont nous ne trouvons pas encore le chemin. Ces gens nous servent de modèle dans la vie. Il nous aide à visualiser la direction à prendre pour atteindre nos objectifs. »
« Nous ne pouvons être heureux dans l’illusion de la séparation, puisqu’elle n’existe pas.  Si notre hypothèse est de ne faire qu’un avec l’univers, nous devons nous concentrer sur la recherche de similitudes et non plus de nos différences, ces dernières étant illusoires. Une apparence que l’égo entretient pour assurer sa survie.  En cherchant les ressemblances, nous retrouvons notre essence. »
NOTRE ZONE D’OMBRE
« Si tu rencontres un individu de valeur, cherche à lui ressembler. Si tu rencontres un individu médiocre, cherche ses défauts en toi-même. » Confucius
« Une grande partie de notre énergie est consacrée à masquer nos faiblesses pour garantir la meilleure image de nous-mêmes.   Nous sommes en quête permanente de la reconnaissance, seule source d’oxygène que nous avons trouvé.  Nous développons notre intolérance, notre sens critique et notre besoin d’être différents.  Nous aiguisons notre susceptibilité et nous nous sentons offensé par les remarques où l’absence de gratitude. Lorsque l’autre agit en résonance à ce que nous tentons de refouler, il nous met dans une zone d’inconfort, nous préférons le voir comme un ennemi plutôt qu’une ressemblance avec ce que nous n’avons pas réglé. Le plus complexe est de sortir de nos habitudes automatiques pour entrer dans la réflexion de nos similitudes. »
TRAHISON
« L’expérience, ce n’est pas ce qu’il nous arrive, c’est ce que nous faisons avec ce qui nous arrive. » Aldous Huxley  
« La trahison n’est qu’un problème d’égo attaqué. S’accrocher à une illusion, qui par définition n’existe pas, voue à la souffrance.  Vivre dans un autre temps que le présent est un subterfuge de l’ego. Tu pleures sur ton mirage.  En remplissant notre futur, nous passons à côté du bonheur qui nous entoure et nous préférons alimenter nos angoisses associées aux pensées hypothétiques : « et si je n’étais pas faite pour l’amour… » Ce n’est pas le présent qui te fait mal, c’est la perte de tes illusions. Lorsqu’un changement arrive, nous pouvons trouver les ressources nécessaires pour saisir l’opportunité de l’instant et repérer le chemin qui nous fait vibrer. » 
« Il existe une personne dans ce monde qui ne t’abandonnera jamais.  C’est toi ! Prends soin de toi, regarde-toi avec affection, en comprenant tes faiblesses et tes forces sans te juger.  Commence par t’aimer du plus profond de ton être et tu pourras chérir quelqu’un sans peu.  Tu te sens seul, parce que tu t’es délaissé. »
 
LE PARDON
« En présence d’une grande déception, nous ne savons pas si c’est la fin de l’histoire.  Cela peut être précisément le début d’une grande aventure. » Pema Chödrön  
« La souffrance n’existe pas sans la pensée car elle n’est qu’une projection de ton imagination. Quand tu ressentiras un mal-être, tu sauras que c’est la pensée qui en est la cause. »  
« Au lieu de se placer en victime et de trouver en face le bureau, positionnons-nous comme le responsable de notre douleur et déchiffrons pourquoi notre interlocuteur nous renvoie cette souffrance. Le pardon n’est plus un acte généreux de notre part envers l’autre pour ce qu’il aurait fait de mal mais la compréhension qu’il n’y a pas de mal, car la douleur ne vient pas de lui, elle vient de nous-même.  Ça commence par un jugement et ça finit par un remerciement. La clé du bonheur est fondée sur le fait qu’aucune erreur n’est possible, c’est simplement une vision tronquée de mon esprit d’avoir cherché un coupable à l’extérieur de moi.  Se pardonner, c’est s’apercevoir que nous ne sommes jamais sortis de cette grande vibration, car c’était impossible et alors, il n’y a plus rien à pardonner puisque seul l’amour existe. »
Laurence de Vestel, Juin 2020 – © Oltome.com

Kilomètre Zéro est une très belle histoire initiatique tirée inspirée de la vie personnelle de l’auteure, Maud Ankaoua.  Kilomètre Zéro est un roman très riche en enseignements sur la vie et très vivant.   Parfait pour s’initier aux bases du développement personnel.
Un livre aérien sous forme de voyage initiatique, prétexte pour nous donner des pistes de réflexion pour améliorer notre vie.  Les conseils énoncés sont simples et n’ont rien de révolutionnaires.  Toutefois, ils ont le mérite de faire une petite piqûre de rappel dans notre vie quotidienne qui nous en éloigne. Une lecture agréable et apaisante.
Dans cette courte vidéo, Maud Ankaoua nous présente son livre…

Oltome - Maud Ankaoua biographie

Maud Ankaoua est née en 1971 en France.

Pour s’offrir la liberté, Maud se conforme docilement aux règles d’éducation, elle étudie sans relâche, à Notthingham, Oxford, puis Science Po, d’où elle sortira major de sa promo.  Elle fait ses armes dans un cabinet d’expertise comptable, puis le Monde de l’entreprise lui ouvre grand ses portes.  À 26 ans elle dirige une agence de publicité.  Maud est boulimique, les journées sont trop courtes ! Sa soif de vivre, d’engloutir la vie avec passion, et son combat contre la souffrance lui permettent de mener à bien tous ses projets professionnels, mais aussi ses projets de cœur en plaidant différentes causes.  Malgré les voyages et les rencontres, son cœur de poisson-clown se sent à l’étroit dans ce bocal doré et menace de s’arrêter de battre : une malformation congénitale cardiaque la stoppe net dans sa course folle. Opération à cœur ouvert … Une coïncidence ? Une alerte ? Probablement, mais elle l’ignore.  Deux semaines après l’opération, contre l’avis des médecins, Maud remonte à cheval et reprend son galop fou.  Dans les années 2000, elle prend la direction financière de start-ups, s’enivre de vitesse, de succès. Rapidement elle contribue activement dans le secteur des nouvelles technologies à la réussite d’un des plus grands succès européens de cette décennie. Les nuits sont de plus en plus courtes, le business est enivrant et les actionnaires exigeants.

En 2010, après la vente de la société, elle se retrouve en suspens… dans le vide… À deux doigts de l’épuisement et trois pas du burn-out, mais surtout si loin d’elle… Pourtant portée au sommet, elle refuse catégoriquement toutes les offres aussi valorisantes qu’enrichissantes qu’on lui propose et organise en quatre jours son départ au Népal pour cinq semaines dans l’Himalaya avec un sherpa et… le silence !

Puis Maud est rentrée.  Aujourd’hui coach, conférencière internationale et dirigeante, elle accompagne des particuliers, elle conseille des entreprises et des fonds d’investissement dans le secteur des nouvelles technologies et de la santé. Membre du jury des prix iiAwards et innovators under 35 qui récompensent chaque année les meilleurs espoirs, elle est touchée par l’invitation des jeunes à changer de paradigmes. « Ils ont envie d’autre chose (…) ils mettent toute leur énergie pour trouver des solutions innovantes aux services de la planète, de leur bien-être et celui des autres. » Pour Maud, le bonheur est capital, c’est l’objectif absolu ! Elle cite en souriant Arnaud Desjardins « Il n’y a rien d’intelligent à ne pas être heureux ». Nous avons donc tous intérêt à l’être, il n’y a pas de vol à ça.

À mi-chemin de sa vie, Maud nous offre ce livre, c’est sa participation, son engagement, sa foi profonde en chacun d’entre nous pour qu’ensemble « nous puissions réaliser le monde auquel nous aspirons, un monde où chacun tient la main de quelqu’un d’autre pour l’aider à grandir, un monde meilleur où il fait bon vivre ensemble à chaque instant »

Elephant Oltome

Inscrivez-vous à notre newsletter