"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut." Ciceron
Oltome a lu pour vous Les livres qui ouvrent le coeur et illuminent l'esprit
L’éléphant Oltome est passionné de lecture. Il a une chance inouïe : il retient tout ce qu’il a lu. Et comme il est d’une sagesse exceptionnelle, il a appliqué dans sa vie tous les meilleurs enseignements. Ainsi, Oltome est sage, zen, tranquille, heureux, gentil, fort, équilibré, joyeux,… Tous ces livres pour apprendre à aimer, il les partage avec vous sur Oltome.com

Surgissement d’un nouveau monde

Oltome - Surgissement d'un nouveau monde avis, synthèse, résumé

Surgissement d’un nouveau monde

Marc LUYCKX GHISI

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

Marc Luyckx Ghisi est un homme que j’ai eu la chance de rencontrer.  Un homme passionné par notre monde auquel on dirait qu’il ne peut s’arrêter de penser… il a déjà eu trois vies et visualise déjà sa quatrième qu’il semble prendre à bras le corps !  Son livre « Surgissement d’un nouveau monde » parle d’un monde actuel rationnel, patriarcal et industriel qui n’apporte plus de réponses aux problèmes de notre survie, ni aux problèmes sociaux et démographiques.  J’aime bien ce livre très « visuel » et intelligent qui aborde divers aspects profonds de nos vies : la relation homme-femme, le sacré, la rôle de la raison et de la science, l’éducation, le degré conscience… « Surgissement d’un nouveau monde » est un livre qui propose de vraies solutions aux défis qui se profilent…  Très bons exemples à l’appui !

Biographie de l'auteur
Marc Luyckx Ghisi est né le 20 avril 1942 à Louvain, en Belgique. Il a d’abord étudié les mathématiques, la philosophie et la théologie (doctorat) et a été prêtre catholique. Il a ensuite été pendant dix ans (1990-99) membre de la « Cellule de Prospective » de la Commission Européenne, crée par Jacques Delors, où il s’est occupé du sens de la construction européenne et a créé le programme « L’âme de l’Europe ». Il a eu l’occasion de voyager énormément et de rencontrer dans le monde entier des responsables et des conseillers, qui étaient conscients du changement de civilisation dans lequel nous sommes engagés mondialement. Il contribue maintenant à créer de nouvelles structures d’enseignement. Son dernier livre « Surgissement d’un nouveau monde" offre une vision prospective et positive des bouleversements que notre monde en crise connaît aujourd’hui. Son message s’adresse tant au grand public qu’aux entreprises.
Synthèse & résumé

Résumé du livre « Surgissement d’un nouveau monde »

 

Le changement de civilisation que nous vivons est rapide et profond. Nous n’avons pas de réponse face aux problèmes de notre survie collective, de notre environnement, de l’explosion démographique. Notre civilisation actuelle se meurt pour muter vers une autre civilisation, celle de la connaissance. Cette mutation ne réussira qu’avec la conscience d’une nouvelle dimension éthique et intérieure par laquelle chacun devra passer.

I. UN MONDE SE MEURT

La déconstruction actuelle de notre monde peut se distinguer en 5 niveaux successifs décrits ici comme les cinq étages d’un iceberg.

1. Danger de mort de notre civilisation et de suicide collectif
Le niveau le plus bas et le plus sombre de l’iceberg est la prise de conscience de la menace de mort de notre civilisation. Elle occupe une place de taille dans notre subconscient individuel et collectif.

La guerre à la nature est une guerre mondiale. La planète est notre miroir. Si elle est blessée, c’est que nous sommes blessés. Nombreux sont ceux qui ont l’impression que notre civilisation se sent glisser vers le non-sens et la mort. Le désenchantement semble avoir pénétré de génération en génération et de plus en plus profondément…

2. La fin du patriarcat

La guerre contre la nature est une guerre contre nous-mêmes. Notre société est aujourd’hui malade d’un excès de valeurs patriarcales : commande, contrôle, conquête… La violence qui en résulte n’est pas une fatalité. Le patriarcat n’a pas existé de tous les temps.  Aujourd’hui, dans le subconscient de millions de personnes, on assiste à un changement d’horizon des sens, à un retour des valeurs féminines, au sacré lié à la vie et à la nature.

3. La fin de la modernité

« Si la modernité se définit comme foi inconditionnelle dans le progrès, la technique, la science, le développement économique, alors cette modernité est morte. » Edgar Morin.

Notre civilisation actuelle n’en peut plus. Elle est allée trop loin dans ses valeurs de contrôle, commande, conquête de la nature et de notre psychisme par la raison au mépris du corps et de notre sensibilité. Nous cherchons désespérément un système d’action et de pensée qui corresponde à notre nouvel horizon des sens : sauver la planète. Mais il nous faut trouver de nouvelles lunettes, un nouveau paradigme difficile à changer puisqu’une institution est faite pour durer non pour changer.

4. La fin de la société industrielle

La société industrielle ne sera plus celle qui offre des emplois. Dans les années à venir, la main d’œuvre sera répartie : 6% dans l’agriculture essentiellement biologique, 10% dans la l’industrie et 30 % dans les services. Pour le reste, personne ne sait, on ne dit rien. Aucun politicien n’oserait dire la vérité car il n’y a pas un nouveau concept à annoncer. C’est la fin de cette conception occidentale arrogante selon laquelle nous savions tout, nous les détenteurs de la vérité.

5. La fin des structures pyramidales

Ce dernier niveau de changement est le seul qui soit au-dessus de l’eau. Les citoyens voulaient bien déléguer le pouvoir politique aux élus tant que la gouvernance avait un sens.  Ce n’est plus le cas. L’Etat, ne sachant pas résoudre les problèmes de notre propre survie collective, a perdu sa légitimité.  L’union européenne est un nouveau niveau de pouvoir au dessus de l’Etat dans laquelle les Etats sont invités à céder une partie de leur souveraineté dans le seul but de créer et de maintenir une zone de non-violence entre les Etats membres.

II. RECONSTRUCTION : LA SOCIETE DE CONNAISSANCE

Un monde se meurt, un autre est en train de naître.

6. Nouveau paradigme politique : la non-violence entre états

L’Union Européenne est la première structure au monde qui établit des traités de non-violence permanente entre états. Il est urgent que le Parlement Européen puisse créer des projets de loi, les voter et les faire exécuter par la Commission qui va les faire exécuter par les Etats membres de manière à avancer dans cette culture de paix.

7. Trois mutations d’outil en 5000 ans

En -3500 : agriculture. En 1500 : industrie. En 2000 : on passe vers l’outil immatériel qu’est le cerveau humain, producteur de connaissance.

8. Economie de connaissance : nouveau paradigme économique

Si l’outil de production d’une société change, toute la société change.

  • Pouvoir : l’enjeu n’est plus la possession matérielle mais la créativité humaine
  • Pyramides en réseaux : présuppose des structures plates permettant des interactions de tous les côtés. Plus on partage la connaissance, plus on en reçoit.
  • Chef d’entreprise : sa mission est insuffler un bon esprit dans son entreprise. Son outil est la personne humaine.
  • Approche sur deux jambes : matières classiques ou industrielles + qualités humaines et alignement intérieur
  • Fin des brevets : plus que jamais l’information est accessible davantage de personnes que toutes les autres ressources mondiales.
  • Le management : est responsable de l’application et de la performance de la connaissance.
  • Du commerce au partage : si je donne de la connaissance, j’en gagne. Une société construite sur le partage, le don, l’échange.
  • Compétition est moins violente.
  • Le nouvel outil de production : l’humain.
  • Mesure de valeur : la bourse prend en compte dans la valeur du titre les actifs immatériels de l’entreprise (savoir-faire, recherche, diplôme, réputation, confiance dans le produit, label, relations…)
  • Responsabilité p.r à l’environnement et à l’inclusion sociale.
  • Inclusion sociale : des personnes sous-qualifiées créatives
  • Rôle central de la culture, source de créativité.
  • Vers un progrès qualitatif et non quantitatif.

9. Société de connaissance : scénario négatif

Depuis que Kasparov a été battu par l’ordinateur Big Blue, on sait que le cerveau humain pourra être remplacé par l’ordinateur. Nous cheminons vers une société sans dimension humaine avec une priorité pour la machine. Un autre danger, bien plus dangereux et bien concret, est qu’en l’état actuel, le leadership politique et scientifique a sans état d’âme, donné le feu vert au développement de robots intelligents capables de se substituer à l’homme et n’hésite pas à envisager de manipuler le cerveau humain afin d’augmenter son potentiel.

La transhumanisme, nouvelle philosophie américaine, compte utiliser la science et la technologie pour améliorer la condition humaine. Cette justification philosophique de la manipulation de l’humain supprime tout débat éthique et donne libre cours à n’importe quelle invention technologique.  Au final, les machines auront le contrôle effectif.  Les humains ne sauront même plus éteindre les machines dont ils dépendront tellement que les éteindre équivaudrait à un suicide. Nous serons tels des animaux domestiques… pendant que la science avance bien plus vite que le débat…

10. La transmodernité

Notre humanité évolue vers plus de conscience. La structuration du pouvoir semble aller vers des schémas non-violents.  Le sacré est dorénavant tourné à la reconnexion avec la nature et le cosmos.  La nouvelle génération n’est plus en recherche de quelqu’un qui sait mais en recherche de guidance. La dimension d’intériorité revient à grand pas.  Il est indispensable de rétablir l’équilibre économique pour mettre fin au terrorisme engendré par la modernité qui a coupé l’humain de sa dimension intérieure et lui a enseigné la peur et la mort. Nous recherchons tellement la sécurité pour ne pas nous angoisser que nous en avons oublié complètement que la vie continue après la mort.

11. Les femmes

Dans le groupe des mouvants vers la société de connaissance, les femmes représentent 66% et sont deux fois plus efficaces. Les valeurs qui sous-tendent cette nouvelle société sont à l’inverse des valeurs patriarcales. Elles sont plus humaines, plus liées à la vie, plus « yin », plus aptes à une réconciliation cœur-corps-âme.

12. Des citoyens choisissent la vie !

Le refus subconscient de la mort collective est le moteur profond du changement. L’humanité est en train de se reprogrammer pour organiser sa survie. Ces nouveaux créateurs de culture ne sont ni à gauche, ni à droite, ils ne votent plus, ne regardent plus là TV ou la presse traditionnelle. Ils se reconnectent à la nature, travaillent intérieurement, méditent, croient à la vie après la mort, sont altruistes, simples, aiment voyager, lisent voracement, mangent en conscience…Les médias ne parlent pas encore vraiment d’eux alors qu’ils sont très nombreux partout dans le monde entier et qu’ils sont le sommet de la vague immense du changement mondial.

13. Une éducation qui réenchante

L’éducation doit être un processus qui s’adapte à son monde. L’école et l’université sont à repenser de fond en comble et doivent apprendre à leurs élèves à penser par eux-mêmes et à faire grandir leur trois dimensions : corporelle, intellectuelle et spirituelle.  La jeune génération ne demande qu’à se préparer correctement à ses responsabilités futures.

14. La glocalisation de nos économies postindustrielles

Notre société toute entière est en train de passer du quantitatif au qualitatif. Le savoir-faire devient du savoir-être.  « Nature & découverte » est le parfait exemple du cercle vertueux qui se forme et où le profit devient une conséquence de la manière dont l’entreprise agit pour son environnement.

Il est permis d’espérer …

 

Laurence de Vestel – ©Oltome.com 2013