"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut." Ciceron
Oltome a lu pour vous Les livres qui ouvrent le coeur et illuminent l'esprit
L’éléphant Oltome est passionné de lecture. Il a une chance inouïe : il retient tout ce qu’il a lu. Et comme il est d’une sagesse exceptionnelle, il a appliqué dans sa vie tous les meilleurs enseignements. Ainsi, Oltome est sage, zen, tranquille, heureux, gentil, fort, équilibré, joyeux,… Tous ces livres pour apprendre à aimer, il les partage avec vous sur Oltome.com

Pourquoi j’ai mangé mon père

Oltome - Pourqoi j'ai mangé mon père synthèse et résumé du livre

Pourquoi j’ai mangé mon père

Roy LEWIS

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis est un des livres qui m’a le plus fait rire ! Un petit roman tout simplement délicieux et génial écrit en 1960.  Et pourtant, ça ne date pas ! Nos problèmes actuels n’ont finalement pas tellement changé depuis la préhistoire.  Déjà à l’époque, on pouvait se demander ce qui serait mieux pour assurer la sécurité de l’espèce : découvrir les secrets du monde et les divulguer aux autres sapiens pour évoluer ou vivre raisonnablement de ce qu’on l’on avant qu’une catastrophe n’arrive…Les héros de l’histoire nous ressemblent tellement : ils connaissent comme nous l’envie, la jalousie, la peur, l’ennui, l’amour, la joie… Avec pourquoi j’ai mangé mon père, on lit avec délice et humour le miroir sur nos modes et comportements contemporains.

Biographie de l'auteur
Oltome - Roy Lewis biographie de l'auteur
Roy Lewis est né le 6 novembre 1913 à Felixstowe.  Il a grandi à Birmingham ou il a commencé ses études qu'il a poursuivit à Oxford et qu'il termine  à la prestigieuse London School of Economics. En 1938, il part explorer le monde avec sa femme. Il s’installe ensuite en Australie jusqu’en 1946, après quoi il rentre en Angleterre. Il commence alors une carrière dans le journalisme et la sociologie.  Il écrit ainsi de nombreux d’ouvrages socio- économiques et commence à s’intéresser sur la préhistoire et les hommes préhistoriques. C’est même suite à ces recherches que Roy Lewis écrira "Pourquoi j’ai mangé mon père". Il commence ensuite à écrire pour The Economist, puis pour le Times, où il s’engage en 1961, jusqu’à la fin de sa carrière en 1971. Roy Lewis est décédé le 9 octobre 1996 à Londres.
Synthèse & résumé

On se retrouve dans une famille de pithécanthropes qui vit au pléistocène, c’est-à-dire au moment où nos ancêtres décidèrent un jour de descendre de leur arbre pour conquérir la vaste plaine, devenant alors des bipèdes renonçant à la cueillette pour la chasse.

Le père, Edouard, est le chef de famille.  Un génie révolutionnaire et inventif qui ne pense qu’au progrès et au bien-être de la communauté. Le jour où il « capture » le feu, il fait faire à son peuple un bond de l’animalité à l’humanité. Successivement, Edouard découvre les différentes utilisations du feu, crée les premières armes de chasse, invente un nouvel art culinaire, … Chaque découverte en entraîne une autre. Tous les membres de la famille en profitent : la mère découvre la cuisson des aliments, William parvient à domestiquer un chien, Oswald crée les pièges pour la chasse et Alexandre inventera l’art fictif.

L’humain devient de plus en plus fort, de plus en plus puissant et se veut conquérant, persuadé de sa supériorité sur les plus faibles, traitant de « métèque » ceux qui sont différents et rêvant de les réduire en esclavage.

« Je suis un homme de science, dit père d’une voix calme. Je considère que les résultats de la recherche individuelle sont la propriété de la surhumanité dans son ensemble, et qu’ils doivent être mis à la disposition de tous. De cette façon le travail de chacun profite à tous et c’est pour toute l’espèce que s’amassent nos connaissances. »

A la vision humaniste d’Edouard s’oppose la vision totalitaire de ses fils… Le narrateur est le fils d’Édouard, Ernest.  Celui-ci est beaucoup moins intéressé par l’idée de progrès que ne l’est son père, ce qui l’importe c’est juste de vivre tranquillement auprès de sa femme, Griselda.

Un autre personnage est le frère d’Édouard, Vania. Vania est très conservateur et reste très attaché à la vie de ces ancêtres arboricoles.  Il maudit les inventions de son frère et n’hésite pas à le lui faire remarquer.  Sa devise : « Back to the trees ».  Cependant, c’est sans aucune gêne, qu’il profite des inventions d’Edouard.

Ainsi, Edouard continuait de multiplier et perfectionner ses inventions dont il faisait profiter toute la famille, en même temps qu’il inventait tous les jours des ustensiles plus dangereux les uns que les autres.  Les fils d’Edouard deviennent réfractaires aux idées de leur père qui veut partager ses inventions avec la société toute entière. Pour eux, le progrès ne doit pas être divulgué à tous et doit servir de monnaie d’échange et de pouvoir envers les autres tribus.  Ernest et ses frères commencent à se demander ce qui serait mieux pour assurer la sécurité de l’espèce : laisser leur père découvrir les secrets du monde et les divulguer aux autres sapiens ou alors l’éliminer avant qu’une catastrophe arrive…

Laurence de Vestel – Février 2012 ©Oltome.com