"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut." Ciceron
Oltome a lu pour vous Les livres qui ouvrent le coeur et illuminent l'esprit
L’éléphant Oltome est passionné de lecture. Il a une chance inouïe : il retient tout ce qu’il a lu. Et comme il est d’une sagesse exceptionnelle, il a appliqué dans sa vie tous les meilleurs enseignements. Ainsi, Oltome est sage, zen, tranquille, heureux, gentil, fort, équilibré, joyeux,… Tous ces livres pour apprendre à aimer, il les partage avec vous sur Oltome.com

Permaculture le guide pour bien débuter

Oltome - Permaculture le guide résumé livre synthèse avis

Permaculture le guide pour bien débuter

Annie LAGUEYRIE

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

« Permaculture le guide pour bien débuter » d’Annie Legueyrie est un excellent manuel d’initiation sur le sujet.  Que des explication crédibles, bien illustrées et bien expliquées.  Pour tout ceux qui s’intéressent au sujet, pour une petite surface comme pour une grande… Jardiner en imitant la nature, c’est simple !

Annie Lagueyrie  est diplômée de l’Université de Bordeaux en Biologie, aménagement du territoire et écologie.  Elle est journaliste, spécialisée en jardinage. Elle collabore régulièrement à la revue Rustica et a écrit plusieurs ouvrages aux éditions Rustica dont le Manuel du jardinage pour tous et Mon premier potager.  Elle est titulaire d’un Certificat de Permaculture.

Biographie de l'auteur
Oltome - Annie Lagueyrie biographie
Annie Lagueyrie est journaliste spécialisée dans le domaine du jardin.  Elle a signé de nombreux ouvrages sur les plantes ornementales dont les roses et graminées ainsi qu'un manuel de jardinage.  Annie Lagueyrie collabore régulièrement à Rustica l'hebdo jardin.  C'est en Gironde, où elle vit, qu'elle met en pratique dans son jardin sa passion des plantes. Elle a édité en 2015 un guide de permaculture "Permaculture le guide pour bien débuter" : "Travailler avec la nature et non contre elle, telle est la force de la permaculture.  Elle vous permet de décupler les possibilités de votre jardin tout en réduisant vos efforts ! Sans engrais chimiques ni pesticides d'aucune sorte.  Econome en eau et utilisant au mieux l'énergie solaire.  Votre jardin devient hautement comestible pour toute la famille, débordant de légumes et de fruits, d'herbes aromatiques et de plantes sauvages essentielles. Plus que respectueux de l'environnement, il favorise la vie d'une abondante faune.  Une faune utile qui travaille avec vous, aussi bien dans le sol que sur les plantes."   
Synthèse & résumé

Résumé de « Permaculture le guide pour bien débuter »

 

La permaculture invite à jardiner avec la nature en profitant de sa force plutôt que de vouloir la dominer en s’épuisant !

I. LAISSER LE SOL TRAVAILLER

Dans la nature, on ne voit pas de jardinier…

Si la terre des espaces naturels demeure aussi parfaite, c’est grâce à l’action conjuguée des racines et de tout un peuple souterrain qui vivent en parfaite intelligence. Les racines en se développant, et dont le volume est supérieur à la partie aérienne de la plante, exercent des forces qui décompactent la terre en surface et en profondeur. Elles favorisent la vie de tout un peuple souterrain.

  • Eviter de travailler le sol en le retournant trop fort pour ne pas perturber tous les petits organismes qui vivent en surface.
  • La grelinette remplace la bêche pour travailler la terre plus délicatement.
  • Pour défricher une petite surface, plutôt que d’arracher les plantes en place, coupez les au ras du sol et couvrez-les d’un matériau opaque : un tapis opaque à recycler ou une bâche de paille à recouvrir de feuilles mortes, de tontes de gazon ou de branches. Ensuite deux couches de carton ondulé pour empêcher la lumière de filtrer. Six mois plus tard, les plantes seront détruites et auront servi de repas aux vers de terre. Le sol est prêt à être semé.
  • Aménager des buttes lorsque le sol est trop mince ou trop humide ou trop bas en laissant 50 cm minimum entre deux buttes.
  • Le sol doit rester couvert : ou planté ou paillé de déchets végétaux entre les plantes pour nourrir le sol.

 

II. FAIRE DES DECHETS DES RESSOURCES

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

La nature reste propre 

Les déchets sont biodégradables. Les cloportes, vers, petits invertébrés se nourrissent des déchets végétaux et animaux qui composent la matière organique. Parmi les micro-organismes : les champignons qui créent l’humus et les bactéries qui transforment l’humus en éléments minéraux. 270 kg passe par l’intestin de 1 kg de vers de terre ! Ils entretiennent le sol pour qu’il présente une structure idéale pour favoriser l’enracinement des plantes et leur développement.

  • Quand c’est possible, faucher les plantes plutôt que de les arracher. Couper simplement les légumes verts, tomates, pois, haricots au ras du sol.
  • A la surface d’un sol mis à nu, les micro-organismes ne peuvent plus se développer convenablement. Ils souffrent du froid ou du chaud. Il faut maintenir le sol toujours planté et/ou couvert de déchets végétaux pour qu’il reste vivant et aéré.
  • Du printemps à l’automne : mettre les déchets de tonte.
  • Avant l’hiver : couvrir le sol de feuilles mortes pour le protéger.
  • Fin de l’été : mettre des engrais verts à couper ras du sol en fin d’hiver
  • 6 engrais verts : avoine, vesce de Cerdagne, trèfle blanc, seigle, trèfle incarnat, épinard.
  • Composter les matériaux verts (riches en azote) avec des matériaux bruns (riche en carbone). Le compost peut être étalé sur les cultures à partir du moment où il n’y a presque plus de vers rouges.
  • Le jardin en lasagnes : mettre des cartons sans laisser le moindre interstice, et puis sur 40 cm de haut, alterner 5 cm de couches minces de matériaux verts et de matériaux bruns. Stabiliser les bords avec des branches.

 

III. REPLANTER DES ARBRES  

A l’origine était une forêt…

Grâce à leurs innombrables feuilles, les arbres jouent un très grand rôle dans la photosynthèse. Ils absorbent du gaz carbonique dans l’air et rejettent de l’oxygène ce qui rend contre atmosphère respirable. Seules les plantes vertes savent consommer du gaz carbonique, le reste du monde ne fait qu’en produire… ils sont dont indispensables à la régulation du climat. L’arbre fait également le sol : les racines horizontales de l’arbre absorbent les minéraux libérés par les bactéries avant que l’eau de pluie ne les entraine dans les nappes. Ces minéraux seront mis à disposition des plantes par l’intermédiaire des feuilles que l’arbre perd l’hiver. Les racines verticales s’insinuent dans la roche mère pour extraire les minéraux…

Le jardin-forêt permet de copier le modèle de la forêt dans le jardin :
Fruitiers : Pommier, poirier, cerisier, prunier, pêcher, abricotier
Petits arbres : noisetier, sureau, figuier, murier
Arbustes : groseillier, cassissier, groseillier, myrtille
Plantes grimpantes : framboisier, vigne, kiwi, capucine
Plantes aromatiques : menthe, mélisse, cerfeuil, ail des ours, ciboulette
Légumes : épinard, chénopode, arroche, poirée, chou
Verdures : mâche, chicorée, pissenlit, oseille, cresson, maceron…
Fruits : fraise des bois, rhubarbe

  • Plantation des arbres et arbustes fin de l’automne
  • Vivaces et légumes au printemps
  • Le sol sera couvert enrte les plantes et nourri par un paillis

 

IV. UN JARDIN A ENERGIE SOLAIRE

Une énergie gratuite et renouvelable

La permaculture tend à toujours rechercher les solutions au plus près de ses véritables besoins en évitant le gaspillage et en favorisant le recyclage.

La sagesse recommande d’aménager une petite zone accessible depuis la maison et puis d’agrandir en évaluant ses ressources : compétences, patience, sociabilité, et les caractéristiques du site : ensoleillement, présence d’eau, chemins d’accès relier, orientation, pente, vent, perméabilité du sol…

 

V. UNE ATTENTION PARTICULIERE A L’EAU 

L’eau favorise l’abondance 

L’eau est un constituant essentiel de la plante et joue le rôle d’agent de circulation. Un ménage consomme 150 litres d’eau potable par jour dont 10 pour la boisson et la nourriture, 49 pour le bain ou la douche, 25 pour le linge et 25 pour les toilettes ! Economiser l’eau potable est une priorité !

 

VI. LA SANTE PAR L’EQUILIBRE 

La nature est toute belle

La nourriture est abondante car indispensable à la vie. On ne meurt pas de faim mais on ne se gave pas non plus. Tout est pensé pour satisfaire chacun tout en évitant les excès. Cultiver la biodiversité pour rétablir un équilibre naturel.

La rotation et association des cultures permettent la diversité dans le temps et l’espace. Pratiquer la rotation des cultures consiste à cultiver l’une après l‘autre sur une même parcelle des plantes appartenant à des familles différentes. Comme elles n’ont pas le même régime alimentaire, cela permet de mieux utiliser les nutriments du sol dans le temps et de limiter la pullulation d’insectes ou de champignons qui se nourrissent de ces plantes.

    • Les plantes vivaces restent en place : rhubarbe, fraises, artichauts, ciboulette, thym, arbustes fruitiers
    • Les plantes annuelles bougent selon leur entente
    • Des engrais verts : vesce d’hiver, luzerne…
    • Des fleurs comestibles…

Les plantes guérisseuses :

  • Ortie : faire fermenter 1 kg d’ortie fraîche dans 10 litres d’eau de pluie. Dilué à 10% dans l’eau d’arrosage des plantes cultivées, le purin agit comme un stimulant naturel de la vie du sol.
  • Fougère : (idem que ortie), utilisé pour repousser les pucerons.
  • La prêle des champs : hachez la plante et faire tremper I kg de prêle fraîche dans un faitout en inox et remplir 10 litres d’eau de pluie pendant 24 heures. Porter à ébullition et à couvert pendant 20 minutes. Laisser refroidir une nuit, filtrer et utiliser dans les 2 jours dilué à 20%. Excellent contre le mildiou, d’oïdium, la rouille…
  • Le pissenlit : extirper les pissenlits avec la racine. Découper en petits morceaux et réaliser un extrait fermenté : 1,5 kg pour 10 litre d’eau de pluie. Diluez à 10 % et arrosez au pied de toute plante repiquée.

VII. JARDINER AVEC LES ANIMAUX

Les herbivores sont d’une aide précieuse pour maintenir l’espace dégagé. Une partie de leur nourriture est recyclée sur place par l’intermédiaire de leurs excréments, ce qui peut suffire à renouveler les réserves d’un pâturage. C’est un compost riche en azote dont les plantes ont besoin en grande quantité et qu’elles ne peuvent puiser que dans le sol.

  • Penser à nourrir les oiseaux en hivers : graines de cosmos
  • Offrez des fleurs aux abeilles…

CONCLUSION

Un jardin en permaculture n’a pas de limites. Il permet de tisser un vrai lien avec la nature, avec la Terre sur laquelle on vit, vous rappelant ainsi qu’une relation durable est forcément réciproque. Pour rester féconde, la Terre aussi a besoin de nous.

 

« LE MEILLEUR ENGRAIS POUR UNE PLANTE EST L’OMBRE DU JARDINIER. »