Le coaching scolaire

Le coaching scolaire

Matthieu GRIMPET

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

Etant moi-même coach, (coach de vie), et concerné par beaucoup d’étudiants en difficulté dans leurs études, j’ai lu ce livre sur le coaching scolaire.  Pour ceux qui sont un peu retissants ou doutent de l’utilité d’un coach, ce livre court et agréable à lire explique très clairement en quoi un coach scolaire peut être utile, en quoi il est différent d’un professeur particulier ou d’un psy, en quoi il peut aider voir sauver votre enfant.  A mon sens, offrir un coach scolaire à son enfant est un cadeau pour la vie.  Avec ce livre, j’ai personnellement compris qu’on ne s’improvise effectivement pas coach scolaire. C’est un vrai métier qui nécessite une formation et des compétences particulières.

Biographie de l'auteur
Matthieu Grimpret est né en 1978 en France. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (en 2000) et se spécialise en histoire des idées politiques sur les questions qui croisent histoire, sociologie et théologie. Il est essayiste, professeur d’histoire et chercheur en théologie politique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « Coaching Scolaire » sorti en 2014. Il enseigne en lycée et a créé Objectif Post Bac, premier cabinet exclusivement consacré au coaching scolaire en France.
Synthèse & résumé

Le coaching scolaire : pourquoi ?

  • Pour améliorer le regard que votre enfant porte sur ses études
  • Pour apprendre à étudier
  • Pour l’aider à s’orienter

 

1. Le coaching scolaire, un coaching pas comme les autres

 

« Rien ne coûte plus que l’éducation, sinon l’ignorance » Benjamin Franklin

« Le véritable enseignement n’est point de te parler mais de te conduire » Saint- Exupéry

Les 3 composantes du coaching sont :

  • Accompagner : le coaching se fait a deux ! C’est un tandem.
  • Mobiliser ses ressources intérieures : le coaching est une aventure intérieure qui conduit à une meilleure connaissance de soi.
  • Se fixer des objectifs à atteindre : avancer sur un chemin qui mène quelque part.

Le coach utilise des outils neutres qui laissent peu de place à sa subjectivité, pour permettre au coaché de découvrir son potentiel, à « sortir » le savoir dont il est porteur.

Les spécificités du coaching scolaire :

  • Milieu scolaire : le coach doit s’intéresser étroitement à la vie scolaire
  • L’adolescence : le coach accompagne à la conduite du changement
  • L’obligation de résultat : de bonnes notes et appréciations de soi.

 

Ce que le coaching n’est pas :

  • Une psychothérapie : le coaching consiste à organiser le bonheur, combler les failles et conforter les forces, c’est faire avec. La psychothérapie, c’est comprendre sa souffrance, soigner ses blessures et calmer la douleur, et vivre avec.
  • Du soutien scolaire ou de l’aide aux devoirs : le coach est là pour apprendre au coaché à mobiliser son intelligence de manière à qu’il comprenne par lui-même où qu’il aille.

 

Les 5 qualités du coaching scolaires sont :

  • Le coach doit être formé, rigoureux dans son rapport à son client, exigeant par rapport à son élève et se focaliser sur l’objectif
  • Détermination. Le coach suit avec son élève une procédure pour atteindre l’objectif
  • Le coach est empathique, sans jugement, encourageant, motivant.
  • Le coach doit mettre fin au contrat si le tandem ne fonctionne pas.
  • Le coach reste vigilant à ne pas placer la relation du tandem sur un terrain affectif. Il aborde son élève avec la raison et non les émotions.

Le coaching scolaire, un tremplin, un télescope, un aiguillon… Une prestation inestimable qui a un coût variable. Son objectif est clair : fixer des objectifs clairs !

 

2. Le coaching scolaire pour améliorer le rapport aux études

Se mettre en mode objectif :

Si l’objectif est flou, le coaching conduit à l’erreur, l’indifférence et le découragement. Le secret du succès réside dans la cohérence des objectifs.

Reprendre le leadership sur sa scolarité :

  • Solution 1 : travail régulier et suivi
  • Solution 2 : sortir du cercle infernal grâce à un processus.

L’implication d’un tiers : le coach est tel un doigt qui pointe l’engrenage

Mise à distance : une prise de recul « Je ne suis pas mes mauvaises notes »

Reprise en main : l’élève redevient le leader de sa scolarité

Booster sa scolarité :

A l’école, il suffit de passer. Avec le coaching, il faut se dépasser. Le coaching scolaire est telle une voiture : élève = pilote, coach = copilote, motivation = ligne de départ, objectif = ligne d’arrivée, ambition = carburant. Le coach signale les obstacles, renseigne sur le parcours qu’il reste à parcourir, la situation de la ligne d’arrivée. « Mieux faire, faire de son mieux, faire différemment » en développant sa créativité à toutes les étapes du parcours.

Faire de tout bois pour améliorer sa scolarité :

Il s’agit d’articuler sans confusion ni séparation vie scolaire et vie extrascolaire : réintégrer la scolarité à l’existence quotidienne, relier ce qu’il apprend à ce qu’il vit, restituer ce qu’il a appris et compris en tant qu’expérience vécue.

Bien gérer les cahots de sa scolarité :

  • Décrochage scolaire : le coaching concourt à la reprise en main de la vie.
  • Changement d’établissement ou de niveau : accompagner le changement.

Rationaliser les processus relationnels avec les autres acteurs de la scolarité : Parents – Professeurs – Administration scolaire

 

« Relier, c’est le grand problème qui va se poser à l’éducation au XXI siècle » Edgar Morin

« Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre » Sun Tzu

 

3. Le coaching scolaire pour apprendre à étudier

Le plaisir scolaire existe ! Découvrir – Créer – Partager – Répéter

Le coaching scolaire doit aiguiser et solliciter la curiosité de l’élève et sa capacité d’émerveillement. Il doit l’aider à trouver sa manière de travailler (apprendre – comprendre – restituer) conforme à sa personnalité. Il doit amener l’élève à partager les résultats de son travail. La répétition vise à inscrire en soi sa pratique récemment acquise.

Se donner un cadre pour le travail personnel

Le coach doit aider l’élève à trouver le bon moment et le bon lieu pour travailler pour créer un bon état d’esprit. Un agenda et un endroit dédiés au travail envoie le message : « Maintenant et ici, on travaille ».

Se mettre et rester au travail

La mise au travail est le passage d’un état à un autre. Le coaché n’a pas toujours envie de quitter le confort de l’enfance. Le coach doit aider le coaché à trouver du plaisir dans le travail. Et puis, se mettre au travail, c’est bien ; y rester c’est mieux. Le coach doit aider l’élève à persévérer sur une voie précise, palier par palier.

Les 3 objectifs du travail personnel

Apprendre – comprendre – utiliser les connaissances.

  • Apprendre à apprendre par la méthode qui convient le mieux à l’élève.
  • Apprendre à comprendre tous les champs du savoir en ayant ancré ses connaissances.
  • Apprendre à utiliser ses connaissances

 

4.  Le coaching scolaire pour apprendre à étudier

Faire des choix

Selon ses cartes : désirs personnels – capacités personnelles – propositions et opportunités – marges de manœuvre – recommandations – conformisme social

Se fixer un cap à l’ère du « tout est possible »

Le coach se positionne comme un rempart au déferlement de certaines idées et des tentations auxquelles résister de manière à se fixer un cap et trouver un chemin adapté.

Moment de choix, moment de joie

S’orienter, c’est se projeter, s’individuer, savoir et créer ! C’est un stress à gérer pendant lequel le rôle du coach est d’articuler le milieu scolaire et le milieu professionnel.

Entre ambition et réalisme : bien se situer pour mieux s’orienter

Le coach aide le coaché à apprendre à se connaître. Il est un catalyseur de lucidité. Il pose les bonnes questions à se poser.

Décider et s’en tenir à sa décision

  • Vouloir « Je veux être docteur ». Le coach aide à voir clair
  • Se donner les moyens. Le coach aide à identifier les mesures à prendre
  • Se plier à une discipline. Le coach aide à gérer le temps, à hiérarchiser les tâches
  • Se lancer. Le coach fait prendre conscience que l’élève a tout en main

 

5. Aspects pratiques

Contenu et déroulement des séances

Lors de l’entretien d’évaluation, le coach évalue avec son client la méthode de coaching. Deux types de tâches sont incontournables : 1. Les tâches de fond, la formation méthodologique en général. 2. Les tâches ponctuelles, la remédiation immédiate de failles récentes dans l’apprentissage. Aussi, ne pas oubliez « on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif » : le coaching ne peut réussir qu’avec l’adhésion totale du coaché.

Les trois temps d’une séance de coaching

  • Débriefing ou diagnostic : fondé sur l’écoute et le partage des expériences vécues par l’élève durant la période écoulée depuis la dernière séance.
  • Remédiation méthodologique : a pour but de répondre concrètement et efficacement aux problèmes identifiés à l’étape précédente
  • Séances-bilan : pour évaluer l’intérêt du coaching avec les parents

 

Durée et fréquence des séances

  • Le deep Coaching vise à modifier en profondeur le rapport de l’élève aux études. Ce coaching est plus long (plus d’un an), les séances sont assez longues pour permettre la réalisation intégrale d’un objectif, avec une fréquence soutenue (tous les mois).
  • Le coaching méthodologique vise la mise en place des outils du back office scolaire et l’atteinte d’objectifs du front office. La durée varie selon la vitesse d’acquisition des pratiques méthodologiques. Les séances durent entre 1H30 et 2H, et tous les 15 jours.
  • Le coaching commando répond à une urgence. La durée est courte, les séances durent au moins 2H.

 

Evaluation et contrôle de l’efficacité

Un bon coach se doit de rédiger un débriefing aussi complet que possible : état d’esprit / points et questions abordés avec analyse des bulletins, atouts, besoins / proposition…

 

Le bonheur ne se reçoit pas, il se construit.

 

Laurence de Vestel, septembre 2015 – © Oltome.com