J’ai besoin que tu m’aimes : est-ce vrai ?

Oltome - J'ai besoin que tu m'aimes résumé synthèse livre

J’ai besoin que tu m’aimes : est-ce vrai ?

Katie BYRON

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

« J’ai besoin que tu m’aimes : est-ce vrai ? » de Katie Byron pose une question pertinente d’emblée dans le titre ! Un livre passionnant et surprenant.  En effet, la croyance « d’avoir besoin que tu m’aimes » est tellement ancrée en nous que la remettre en question semble à priori amusant… Et pourtant, les gens sont fascinés par l’amour. Dès l’enfance, la majeure partie des gens consacre leur énergie à la quête d’amour et d’approbation. «Ai-je l’air en forme ? », « M’a-t-il vu ? », « Que va-t-il penser ? »… Si les autres ne les approuvent pas, ils sont persuadés ne rien valoir.  Comment se fait-il que nous recherchions l’amour aussi fort et avec de si mauvais résultats ? Cela peut changer… si nous changeons notre regard.

Biographie de l'auteur
Oltome - Katie Byron biographie
Katie Byron, née le 6 décembre 1942, est une auteure et conférencière américaine. Elle enseigne une méthode d'auto-questionnement connue sous le nom « Le Travail ». En 1986, alors qu’elle se faisait soigner pour des troubles de l'alimentation, Katie Byron vécut une réelle prise de conscience : « J'ai découvert que lorsque je croyais mes pensées, je souffrais, mais que quand je ne les croyais pas, je ne souffrais pas, et que cela est vrai pour chaque être humain. La liberté est aussi simple que cela. J'ai trouvé que la souffrance est facultative. »   Le Travail de Katie Byron est une démarche permettant d’identifier, de questionner, de retourner ses pensées qui sont à l’origine de toutes les souffrances.   Le « Travail » est une méthode d’introspection permettant de trouver la paix avec soi et le monde.  Byron Katie enseigne « Le Travail » à des millions de personnes dans le monde entier.  Aussi bien dans les prisons, que les hôpitaux, les églises, les entreprises, les refuges pour victimes de violence familiale, les universités et les écoles. Elle organise des stages « Le Travail » sur un week-end ou sur neuf jours. Elle est l'auteur de nombreux best-sellers dont : J'ai besoin que tu m'aimes : est-ce vrai ? (2005),  Aimer sans limites (2011), Le retournement (2018)
Synthèse & résumé

Résumé du livre

 

Les gens sont fascinés par l’amour. Dès l’enfance, la majeure partie des gens consacre leur énergie à la quête d’amour et d’approbation. «Ai-je l’air en forme ? », « M’a-t-il vu ? », « Que va-t-il penser ? »… Si les autres ne les approuvent pas, ils sont persuadés ne rien valoir. Cette quête d’approbation fait tellement partie de notre vie qu’elle en devient automatique. Comment se fait-il que nous recherchions l’amour aussi fort et avec de si mauvais résultats ?  

I. Croyez-vous ce que vous pensez ?

« Si je ne fais pas d’effort, je n’ai rien qui me soutienne »
En pleine insomnie, une foule de questions vous assaillent… « Que vais je devenir ? », « Je n’ai rien qui me soutienne »… Est-ce vrai ? Votre chaise, votre tête, vos os et vos muscles, le plancher, la terre, le chat, les plantes, le facteur, les gens dans la rue… L’inverse ne serait-il pas plus juste ? : « Tout me soutient sans effort et sans que rien ne me soit demandé en retour ».

La pensée qui vous chasse du paradis
Vous êtes au paradis, dans votre lit bien douillet, en ayant réalisé à quel point tout vous soutient sans effort. Mais une pensée surgit : « Si mon conjoint était là… », « Si j’avais un deuxième oreiller… »… et voilà à force de vouloir améliorer encore une situation, vous avez quitté le paradis. Pour revenir au paradis, prenez conscience des pensées qui vous en chassent et retrouvez le chemin vers tout ce dont vous avez besoin.

Apprendre à se connaître
Vous n’êtes jamais seul. Vous êtes toujours avec vos pensées. « Votre relation la plus intime est celle que vous entretenez avec vos pensées ».  Elles créent votre univers et votre identité à chaque instant. Ecoutez les donc avec compréhension comme si elles étaient vos enfants. « Je ne crée pas mes pensées : ce sont elles qui me créent. Jusqu’à ce que je les mette en doute ». La plupart de vos pensées vous disent d’obtenir amour et approbation. « J’ai besoin de toi », « je te demande », « je veux que »… Est-ce vrai ? Ces pensées ne sont-elles pas un obstacle sur le chemin ?

II. Mettre en doute ses pensées sur l’amour

Introduction au Travail, à l’Investigation

  • Observez la pensée qui vous trouble ou vous contrarie
  • Est-ce vrai ? Mettez votre propre vérité à l’épreuve. « Il m’a insulté ». Est-ce vraiment vrai ? Est-ce vraiment ce qui s’est passé ?
  • Comment vivez-vous quand vous croyez cette pensée ? Observez ce que vous vivez quand vous êtes sous l’emprise de cette pensée. Comment vous affecte-t-elle ? Quel traitement vous infligez-vous à vous, à votre entourage et à celui qui vous a insulté ?
  • Comment vivez vous votre vie sans cette pensée ? Imaginez ce que serait votre vie sans cette pensée.
  • Les retournements : = Je l’ai insulté, = Je me suis insulté, = Il ne m’a pas insulté. Comme un miroir, le mental voit les choses justes mais à l’envers !
  • Trouvez 3 raisons pour lesquelles ce retournement est vrai.

III. Etre en quête d’approbation

Une petite fille s’amuse à faire une pirouette. Complètement dans l’instant présent, elle exécute une expression de l’amour suprême. Elle entend des enfants applaudir et refait une pirouette pour voir s’ils vont à nouveau applaudir. Elle se coupe de l’amour en recherchant celui-ci à l’extérieur et connaît l’angoisse de ne pas l’obtenir.

Une mascarade pour être approuvé
« Quand vous agissez dans le but de plaire, influencer, contrôler, obtenir, garder quelque chose, c’est la peur qui en est la cause et la douleur qui en sera le résultat. » Vous êtes prisonnier de vos pensées qui vous disent quoi faire pour obtenir de l’amour. « Qui seriez-vous si vous cessiez de penser que vous devez faire bonne impression ? ». Votre relation ne survivrait pas à l’honnêteté ? Le fait d’être concentré sur autrui dans l’attente de son approbation vous prive de votre présence à vous-même et vous sépare de l’autre. Vous êtes en scène plutôt que vivre votre vie simplement et recevoir pleinement ce qui vous est donné.
Faire bonne impression: observez-vous quand vous manipulez autrui.
Faire semblant de vous intéresser à autrui.
Surveiller ses bonnes manières, le tact
Devenir plus appréciable
S’excuser, être désolé

Parler, interrompre, écouter

  • Comment parlez-vous quand vous êtes en quête d’approbation ? Vous pensez qu’il faut être d’accord avec tout le monde pour gagner leur approbation. « Mais », « Bien que », Parce que » sont vos meilleurs amis.
  • Quand vous interrompez quelqu’un, dites vous silencieusement « Je ne te laisse pas finir ta phrase parce que…… » Ensuite faites l’investigation.
  • Quand vous décrochez d’une conversation, dites-vous « J’écoute mes pensées plutôt que les tiennes parce que…. » Et faites l’investigation.
  • Passez un déjeuner avec vos amis et laissez faire toute la conversation.   Ecoutez au lieu de parler et prenez conscience de la valeur de l’écoute.
  • Passez une journée entière à écouter les gens. Ne les interrompez pas. Vous découvrirez des gens bien différents de vos idées préconçues.

Avez vous vraiment besoin d’approbation ?
Si vous pensez encore avoir besoin de l’approbation de quelqu’un en particulier, refaites un travail d’investigation. Imaginez vous prendre le thé avec cette personne et que tout ce que vous désirez c’est qu’elle prenne son thé et qu’elle vive ce qu’elle a à vivre et vous, vous vivez simplement votre vie. Comment serait votre vie ?

IV. Tomber amoureux

Telle la petite fille des pirouettes, en tombant amoureux vous retrouvez le chemin vers cette enfant qui faisait des pirouettes pour elle-même. Vous renouez avec l’expérience de joie pure où vous aviez cessé de chercher.

Tomber amoureux n’est pas dû à l’autre. C’est vous qui vous êtes offert cette expérience. Quelqu’un vous a montré votre cœur. L’amour a toujours été là : seules vos pensées vous en privaient. Votre bonheur durera aussi longtemps que vous comprenez que votre bonheur ne dépend pas de l’autre. Vous n’êtes séparé de rien. « Quand vous avez une relation agréable à vous-même, votre partenaire est un plaisir ajouté. C’est un surplus de grâce. L’amour romantique, c’est le mythe parfaitement malsain qui prétend que vous avez besoin de quelqu’un d’autre pour vous compléter. Je n’ai besoin de personne pour me compléter. Dès que je comprends cela, tout le monde me complète.» 

V. La personnalité n’aime pas : elle veut quelque chose

« Si tu m’aimes, tu feras ce que je veux ».
Partir en guerre contre la réalité, ça fait mal ! Nous nous servons de notre beauté, de notre intelligence pour capturer un partenaire, et s’il essaie de sortir de sa cage, nous sommes furieux. Tel l’enfant qui s’attend à ce que son copain veuille jouer au jeu qu’il aime, sinon, c’est un « méchant ». Chacun tient sa feuille de score. Ce n’est pas comme cela que l’on s’aime soi-même, ni son partenaire. Non, ce n’est pas vrai : « Si tu m’aimes, tu ferais ce que je veux ».   Le retournement « Si je t’aimais, tu ne feras pas ce que je veux » , « Si je m’aimais, je ferais ce que je veux », semble plus exact.

Communiquer honnêtement
Vous pouvez toujours demander ce que vous désirez en sachant que sa réponse n’a rien à voir avec son amour pour vous. Demandez simplement et clairement, sans vous montrer gentil ou manipulateur. 

Ma voix intérieure
« Ma voix intérieure : voilà à quoi je suis mariée. Tout mariage est une métaphore de ce mariage-là. Mon amoureux, c’est ce point en soi d’où émane un oui ou un non honnête. Voilà mon vrai partenaire. Et vous dire oui quand mon intégrité dit non revient à divorcer de ce partenaire. »

VI. L’atelier des relations

Nos partenaires sont bien souvent nos plus grands professeurs. Ses défauts sont les vôtres car c’est vous qui les projetez. En dehors de vous même, personne ne peut vous faire du mal. Vous n’êtes blessé qu’en croyant une pensée stressante ou douloureuse. Vous seul pouvez arrêter de faire du mal à vous-même. Il n’y a que vous qui pouvez vous chasser du paradis. En ne recherchant pas l’approbation extérieure, je réalise que je la possède déjà en moi. Les gens pensent comme ils le font. L’amour c’est ne rien vouloir changer. Il est déjà parfait et il vous voit parfait.

VII. Et si mon partenaire a des défauts

Il s’avère que la personne que vous décrivez et avec laquelle vous en avez plus qu’assez de vivre, c’est vous-même. Ces jugements sur l’autre sont des endroits qui doivent être soumis à investigation. Que vous restiez ou non avec votre partenaire, l’amour peut rester là et visible. Evidemment, Il existe des relations à fuir à tout prix où il serait bien d’investiguer pourquoi vous êtes resté dans cette relation.

VIII. Cinq clés pour être libre en amour 

Reconnaître sa part de responsabilité dans ce qui nous arrive est merveilleux. Cela permet de ressentir l’humilité sans besoin de se défendre et de pouvoir ressentir sa vulnérabilité avec délice.  

Des chaussettes assorties
« J’ai besoin qu’elle revienne »… Avoir ses chaussettes assorties est la preuve que l’on se soucie de vivre. Et dans cinq ans, que sera ce besoin « qu’elle revienne » ? Rien n’est permanent. Faites l’investigation. 

Vous vous en sortirez sans votre peur
Parfois la réalité emporte ce que des gens ne pensaient pas pouvoir supporter perdre, mari, enfant, argent…et ils survivent. L’investigation permet d’éliminer la peur qu’il arrive quelque chose avant qu’il ne se passe quoi que ce soit et que tout va bien.

Cet événement doit arriver
Vouloir un événement futur vous sépare de ce qui est. Rien ne sert de combattre la réalité.

« C’est exactement ce dont j’avais besoin »
Le chemin le plus court vers la satisfaction de ses besoins est de savoir reconnaître la réalité des choses dans l’instant. « Je suis amoureuse de la réalité parce que je me fais mal quand je me dispute avec elle. Aucune pensée au monde ne peut rien y changer Ce qui est, est. Ce dont j’ai besoin est là en ce moment même. »

De quelles affaires est-ce que je mêle, en ce moment ?
S’occuper de ses propres affaires plutôt que de celles d’autrui, pour vivre sa propre vie et laisser l’autre vivre la sienne, permet de savoir quel est vraiment le but de sa propre vie.

X. La transformation d’un mariage

 Quand les deux époux procèdent à l’investigation, ils peuvent découvrir à quel point leur mariage peut être merveilleux. Les pensées douloureuses sont une manière de se torturer et celle dont l’autre vous torture.

XI. Qu’est ce qu’on ne peut pas aimer ? Serait-ce vous ?

« Il devrait m’aimer » n’est-il pas souvent « Je devrais m’aimer » ? Et la croyance en nos pensées ne sont-elles pas le plus grand obstacle à l’amour de soi ? Découvrir les obstacles à l’amour de soi.

La chose dont vous avez le plus honte
Nous sommes tellement secrets par rapport à nos hontes qu’il n’est pas facile de trouver immédiatement ce dont on a le plus honte. C’est pourquoi, ce moment peut être le plus grand cadeau que nous avons à nous offrir.  1. Ecrivez « Ce dont j’ai le plus honte, c’est…. (phrase courte) 2. Ecrivez ce que cela signifie à vos yeux ( je suis une horrible fille) 3. Investiguez : Est-ce vrai ? Cherchez en vous votre propre vérité

Ce que je ne veux pas que vous sachiez sur moi : 1.Dressez la liste de tout ce que vous ne voulez pas que la personne sache sur vous 2. Retournez : « Tout ce que je veux que tu saches sur moi » en détaillant… Lisez la liste à haute voix à vous-même sans vous sentir obligé de la lire à la personne concernée.

Une lettre d’excuse 

Pour se pardonner, il faut pardonner d’abord à autrui.  1. Pensez à quelqu’un qui vous a profondément blessé.   Pensez à trois choses que vous lui avez faites et qui l’ont blessé et demandez-lui ce que vous pouvez faire pour réparer. Ensuite parlez des trois choses que cette personne vous a données et remerciez la.  2. Vous pouvez poster cette lettre ou non.  3. Retournez la lettre comme si vous l’écriviez à vous même

Savoir apprécier la critique

Si ce que l’on dit de vous, vous stresse, c’est que cette critique est vraie pour vous et que vous ne vous en êtes pas occupé. Procédez à l’investigation. Lorsque vous aurez cessé de rechercher l’approbation d’autrui, vous serez humble et pourrez accueillir la critique à bras ouverts.

XII. L’amour même

 L’amour, c’est ce que vous êtes déjà. L’amour est là et en le recherchant, on perd la conscience de l’amour. « Tout ce que vous avez à faire, c’est être amour ».

Si vous aimez Katie Byron, ce dont je ne doute pas, ne manquez pas « Aimer sans limites »