Aventurières de l’esprit

Oltome - Aventurières de l'esprit

Aventurières de l’esprit

CALMÉ Nathalie

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

« Aventurières de l’esprit », regroupe 10 interviews de femmes exceptionnelles à l’aube du confinement…  Début de printemps 2020, Nathalie Calmé, journaliste et écrivaine, collaboratrice au Monde des Religions, rencontre et interviewe dix femmes.  Dix femmes qui ont fait de leur vie un chef d’œuvre dans autant de domaines différents.  En publiant ces entretiens avec ces femmes franches, authentiques et inspirantes, Nathalie Calmé espère que ces paroles d’aventurières soient autant de lumières qui s’élèveront dans la nuit et esquissent le tracé pétillant d’une vie « orientée » !

Biographie de l'auteur
Oltome - Nathalie Calmé
Nathalie Calmé est une écrivaine et journaliste française.  Elle a publié plusieurs ouvrages autour de l’écologie, de la psychologie, de la médecine et du dialogue des cultures. Elle collabore aussi régulièrement au Monde des Religions. Elle est l'auteur notamment de Aventurières de l'esprit (Le Relié, 2021)
Synthèse & résumé

ISABELLE AUTISSIER

Avec la célèbre navigatrice, Isabelle Autissier, on évoque la longanimité, la  « patience de l’âme ».  Être longanime, dit-elle, c’est être capable de supporter ce que nous ne pouvons pas modifier.  Elle nous aide à nous poser dans un monde mouvant.

Sur le Covid  « Nous faisons partie du vivant pour le meilleur et pour le pire.  Les virus font parties du vivant au même titre que les baleines, les vers de terre et les humains.  Tant que nous n’avons pas conscience de cela, nous n’allons pas changer et en conséquence nous irons vers une nouvelle crise, climatique ou sanitaire, de plus grande ampleur.  À côté de quoi, la crise Covid nous apparaîtra comme une aimable plaisanterie. »

 

AMANDINE ROCHE

Amandine Roche œuvre sans relâche pour la paix dans le monde.  Une vie de bonté en soi qu’elle déborde tout autour de nous.  .

Elle est partie durant 18 mois  traverser les déserts de 10 pays d’Asie, dont la Russie et la Chine pour vivre  « une ascèse, une purification un retour aux sources. »  La question qu’elle nous invite à nous poser  est « Quel travail intérieur faisons-nous pour contribuer à plus de paix dans le monde ? ».  Il est indispensable de nous ajuster spirituellement au nouveau monde qui va clore.  Chacun doit prendre son bâton de pèlerin pour partir à la découverte de soi-même pour incarner les valeurs du nouveau monde, de la nouvelle terre, telles que la beauté, la conscience, la vérité, la bénédiction. La paix passe avant tout par la paix en soi.

 

H.J. LIM

Le désir de toujours de la pianiste coréenne H.J. Lim est d’entendre, sentir, respirer par les notes le souffle divin.  « Avec la sonate de Liszt, j’ai vécu une histoire d’amour impossible et secrète.  Cette sonate est un cri d’amour quel on joue avec nos propres mains ! Jamais je n’aurais osé faire une telle déclaration à qui que ce soit avec des mots.  L’amour que je ressentais pour le monde et la vie. »  « Avant un concert,  j’ »écoute le silence pour devenir un avec le public, avec le compositeur, et avec moi-même… Toute la pièce dépend de la qualité de ce silence. »  L’écoute musicale peut être un véritable chemin vers le divin.

Sur le Covid, J.M Lin souhaite contribuer à la guérison du monde grâce au langage universel qu’est la musique.  Un langage de cœur à cœur qui nous aide à pénétrer dans les profondeurs de notre âme et de notre cœur pour accéder à l’Unité.  « Nous prenons ainsi conscience que nous ne formons qu’un seul corps.  Je voudrais que ma musique puisse contribuer à inspirer ce grand Un. »

 

SOEUR CHÂN KHÔNG

Sœur Chân Không dirige depuis plus de 40 ans de cœur le village des Pruniers fondé par Thich Nhat Hanh en 1982.  En 2020, elle a fêter ses 83 ans. De la guerre du Vietnam au monastère des Pruniers, elle vécut d’immenses souffrances.  Elle a réussi à surmonter son désespoir, sa frustration et sa colère en revenant sans cesse à  sa respiration, en suivant chaque inspiration et expiration avec tout son être.  Elle a pratiqué la Pleine conscience sans relâche et depuis, elle irradie d’amour et de compassion.  Son aptitude au bonheur est un véritable confort pour le Village qu’elle transmet volontiers.  Comme le lui à enseigné son maître : «  Dans une situation mauvaise à 99%, il reste 1 % de positif et il faut se baser sur ce pourcentage positif pour ramener les gens sur le bon chemin. »

Sœur Chân Không nous rappelle  : « La vie est trop courte pour être furieux.  Quand la paix vous quitte, revenez à votre souffle, et suivez, en profondeur, le parcours apaisant de votre inspiration, suivez le parcours détendu de votre expiration. »

Voici un des exercices que Sœur Chân Không nous propose :

Pendant l’inspiration dite intérieurement « paix, paix »

Pendant l’expiration dite intérieurement « détente, détente »…

« Ne méprisez pas ces exercices trop simples.  Faites-les tout le long de la journée.  Ils apportent la lumière d’un Bouddha en vous, la profondeur de Dieu en vous, la grandeur d’Allah en vous, ou la bonté de la Terre-Mère en vous. »

 

KATIE BYRON

Katie Byron nous révèle que nous sommes l’amour de notre vie ! En 1986, cette californienne fit une expérience radicale, un « éveil à la réalité » :  « J’ai ouvert les yeux et j’étais éveillée au moment présent.  J’ai découvert que lorsque je croyais à mes pensées, je souffrais mais quand je ne croyais pas, je ne souffrais pas, et que cela est vrai pour tout être humain. »  Le défi est de parvenir à prendre conscience que tout ressenti douloureux provient d’une pensée à laquelle on croit et qui est fausse.

Katie enseigne le Travail depuis plus de 20 ans dans le monde entier.  Le Travail consiste à remettre en question nos pensées erronées source de souffrance et réaliser que sans elles, il ne reste plus en nous que la paix et l’amour.  Un Travail de libération qui nous permet de se reconnecter à notre vraie nature pour réaliser qu’il n’y a rien que l’on ne puisse aimer.  Nous sommes unifiés avec tout ce qui nous entoure.  C’est cela l’amour !  Il ne sert à rien d’admirer Jésus ou Bouddha puisque nous avons toutes ces qualités en nous.  La conscience de soi nous permet de vivre une véritable histoire d’amour avec nous-mêmes !

 

SŒUR CATHERINE ERMITE

Soeur Catherine est née en 1958 et est devenue ermite en 1993. « Ma vie d’ermite est une réponse à un appel de Dieu.  Je ne suis pas partie pour fuir les autres ni pour échapper au contraintes de la vie en commun ou pour expier quelque chose.  Ma vie est donnée dans la prière continuelle, une prière engagée en actes responsable. »

Pour Sœur Catherine, il est indispensable de se ménager des temps de solitude, d’oraison, de prière dans le retrait pour « Le » laisser agir et nous enseigner. Si le Christ nous conseille les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance c’est parce que ces vœux sont libérateurs pour un amour universel. « Le plus souvent on n’est pas au rendez-vous, on se satisfait de si peu qu’on ne se représente pas les joies et les connaissances obscures ou lumineuses dont Il veut nous combler. »  Sa vie dans la nature lui fait réaliser combien on n’est rien face aux éléments naturels et que vivre dans la pauvreté ouvre sur un bonheur sans fin !

 

CLAIRE GIBAULT

Celle cheffe d’orchestre nous parle d’engagement.  La direction de notre vie, comme celle d’un orchestre, dépend l’engagement de tout notre être.  De confession orthodoxe, elle nous encourage à aider les autres de tout notre âme.  « Je ne crois pas dans les philosophies qui disent qu’il faut d’abord être en paix avec soi-même avant d’aider les autres.  Je crois au contraire qu’aider les autres vous aide à aller bien ! »

 

DOMINIQUE LOREAU

Cette écrivaine qui a vécu au Japon aime le silence, vivre libre et avec peu.  « Quel bonheur quand le cœur et l’esprit s’accordent et nous donnent l’intime conviction d’être à la bonne place ! »  Elle se reconnait dans ce vers de Malcolm de Chazal  «  Tu es riche ? J’ai tout. Je ne possède même plus. »  Ce que Dominique Loreau vide surtout, c’est son emploi du temps : « Avec trop on se perd, avec moins on se trouve. »  Ne perdons pas notre vie pour ce qui ne vit pas ! « Less is more ! ».  Mais pourquoi avons-nous tant de choses ? Apprenons à résister au marketing et à ne pas se laisser aspirer dans le besoin d’avoir toujours plus.

Profitons du confinement pour remettre en question notre façon d’être bien avec nous-mêmes, de réfléchir à la vie meilleure que nous pourrions mener si nous prenions conscience de la folie dans laquelle nous sommes, à notre insu, impliqués : des activités inessentielles, des biens de consommation à outrance et parallèlement, peu de vrais plaisirs, de profondes joies.   Mettons ce temps gagné à recréer notre existence avec plus d’authenticité, moins de stress sans oublier que le temps est notre richesse la plus grande.

 

LYTTA BASSET

Lytta Basset est pasteure vivant en Suisse.  Elle livre son amour des Psaumes : « il y à dans les Psaumes à la fois une foi spirituelle intense et une authenticité de ce que l à personne pliante exprime.  Les Psaumes nous offrent la possibilité de faire une thérapie avec un psychanalyste qui serait bienveillant et silencieux et qui laisserait se dire tout ce qui nous encombre. » La Bible est un livre hors du temps qui transformera toujours sa vie.

Le Covid nous fait réaliser que rien n’est du.  Soyons attentif aux petites choses, aux moments simples qui témoignent subtilement de la présence divine et notre humanité.  « Ce sentiment que rien ne m’est dû m’habite profondément.  C’est une autre façon de dire que tout ce qui nous arrive est un cadeau ;  Une amitié forte, un grand amour, le souvenir de la qualité de présence d’un proche absent… sont des dons sacrés dont nous ne mesurons pas assez la beauté à cause de l’engourdissement dans lequel nous sommes. »

 

ANNICK DE SOUZENELLE

En 2020, âgée de 88 ans, Annick de Souzenelle, théologienne et exégète, nous révèle les secrets d’une vie animée par un intense et profonde respiration spirituelle.  Les textes bibliques nous parlent de nous, du monde et de cette force divine qui travaille dans l‘univers pour son Salut.  Sa vie est une vie de prières et dont l’œuvre est de savoir déchiffrer ces textes divins, rôle essentiel au sens de notre vie.

Pour Annick : « La spiritualité doit s’incarner dans notre quotidien.  L’actualité dépourvue d’un regard spirituel reste aberrante et absurde, et la spiritualité dépourvue de cette incarnation dans le réel n’a pas de sens.  Les spiritualités nous porteuses d’une dimension révolutionnaires car elles nous invitent sans cesse à une action dans le présent, une action consistant à enlever les voiles qui recouvrent l’Unité du divin en nous.  L’avenir, le nôtre et celui de l’humanité, se joue donc dans l’instant…  Nous sommes dans un monde désacralisé, un monde qui a perdu le sens de la verticalisation.  Si les temps à venir seront difficiles, ils seront aussi porteurs d’une révolution. »