Augures

Augures Philipe Nothomb

Augures

Philippe NOTHOMB

Synthèse & Résumé Acheter en ligne
A propos du livre

« Augures », premier roman de Philippe Nothomb

Oltome a rencontré Philippe Nothomb à l’occasion de la Foire du Livre de Bruxelles.  Même si Oltome ne présente pas souvent des romans, il a eu envie de mettre celui-ci en avant car lui et son auteur le méritent bien ! « Augures » est est un thriller historique conçu de manière assez originale.  Un roman qui a demandé du temps, des voyages, de la curiosité, de la passion… qui soulève des questions philosophiques qui s’accordent parfaitement avec notre actualité.

« Notre monde contemporain est-il ce qu’il est faute d’avoir su déchiffrer les Augures de la Rome antique ? » 

Par ce roman, l’auteur relie e début de l’époque du début du christianisme d’Etat au IV siècle (Constantin le Grand), à notre monde contemporain encore et toujours secoué par des questions de religions, de dieux et de Dieu qui donnent prétexte à des crimes commis au nom du Bien.

Conduite par une dizaine de personnages, l’intrigue, tressée entre ces deux moments, débute par la mort d’un messager discret de l’Empereur. De retour du lointain Orient, Salvinus, tombé dans une embuscade, ne délivrera pas le message attendu : celui-ci, preuves à l’appui, remettait profondément en cause la légitimité de la bonne foi des chrétiens et l’histoire-même de Jésus. C’est en conséquence dans cette ignorance, que Constantin, prendra une décision radicale relative aux brûlantes questions religieuses, et qui changera le fondement de l’Empire et le futur du monde entier…

Dix-sept siècles plus loin, à Paris, la découverte de textes antiques provoque des changements de destins : Nina, Gilles, Marcia et Simon, Lalouche et Alma, sont confrontés aux idées inattendues d’Ali et Moïse.  Une étonnante prophétie va les pousser à s’interroger de manière bien différente, sur l’avenir de l’humanité qu’ils réalisent en grand danger et à brève échéance. Mais tout cela n’existe pas encore… Est-il encore temps de débusquer l’oracle qui permettra de le redresser ?

« La vie est composée de cycles et chaque fin de cycle rappelle que l’éternité est une zone instable. Il faut beaucoup de vertu pour la traverser et donner une nouvelle impulsion à la roue universelle. La grande mécanique de la vie y aide, comme le prouvent les augures. Il suffit d’être plus particulièrement aux aguets… L’augure est un miroir qui ne trompe pas. Et heureusement, les destins douloureux sont faits pour être changés. C’est précisément là, le pas à franchir pour disposer du droit au recommencement… »

 

 

Biographie de l'auteur
Philippe Nothomb Augures
Philippe Nothomb est né en Suisse en 1960. Après des études entamées au Canada, il se réinstalle en Europe et vit actuellement entre le Portugal, la France et la Belgique, et plus particulièrement au Brésil depuis 6 ans où il s’occupe d’une association qu’il a développée à Rio de Janeiro avec l’artiste Françoise Schein (INSCRIRE Brasil), mêlant art urbain participatif, pédagogie et droits humains, notamment active dans les écoles et les maisons de redressement. Au-delà d’une production d’écrits, une idée de roman couve depuis longtemps et c’est en 2000 qu’il ouvre ce projet et commence à en construire les lignes directrices. En 2004, il décide d’entamer un voyage de 6 mois qui le conduira, sur plusieurs routes historiques, de France jusqu’en Arménie, à la recherche de décors, de personnages et d’éléments constitutifs de son roman. « Augures », thriller historique prétexte à des questions philosophiques ouvertes, a été édité en Février 2016 chez Avant-Propos.
Liens Synthèse & résumé

« L’histoire est importante. Des gens sont morts en masse pour la constituer. Par couches, par cargaisons, générations après générations, comme les pions d’un jeu diabolique et interminable. Inlassablement, le passé accumule les malheurs et les bonheurs : le présent, empire de l’oubli, nous échappe toujours déjà, tandis que l’avenir devient le seul réserve d’espoirs et d’aspirations possibles. Le passé, le présent et le futur ne sont jamais mieux racontés que par les augures. Les vols d’oiseaux vous tiennent informés des choses vraiment importantes qui concernent les hommes et la volonté des dieux. »

Par ce roman, l’auteur relie de manière originale le début de l’époque du début du christianisme d’Etat au IV siècle (Constantin le Grand), à notre monde contemporain encore et toujours secoué par des questions de religions, de dieux et de Dieu qui donnent prétexte à des crimes commis au nom du Bien.

Conduite par une dizaine de personnages, l’intrigue, tressée entre ces deux moments, débute par la mort d’un messager discret de l’Empereur. De retour du lointain Orient, Salvinus, tombé dans une embuscade, ne délivrera pas le message attendu : celui-ci, preuves à l’appui, remettait profondément en cause la légitimité de la bonne foi des chrétiens et l’histoire-même de Jésus. C’est en conséquence dans cette ignorance, que Constantin, prendra une décision radicale relative aux brûlantes questions religieuses, et qui changera le fondement de l’Empire et le futur du monde entier …

Dix-sept siècles plus loin, à Paris, la découverte de textes antiques provoque des changements de destins : Nina, Gilles, Marcia et Simon, Lalouche et Alma, seront confrontés aux idées inattendues d’Ali et Moïse. Une étonnante prophétie va les pousser à s’interroger de manière bien différente, sur l’avenir de l’humanité qu’ils réalisent en grand danger et à brève échéance. Mais tout cela n’existe pas encore… Est-il encore temps de débusquer l’oracle qui permettra de le redresser ?

« La vie est composée de cycles et chaque fin de cycle rappelle que l’éternité est une zone instable. Il faut beaucoup de vertu pour la traverser et donner une nouvelle impulsion à la roue universelle. La grande mécanique de la vie y aide, comme le prouvent les augures. Il suffit d’être plus particulièrement aux aguets… L’augure est un miroir qui ne trompe pas. Et heureusement, les destins douloureux sont faits pour être changés. C’est précisément là, le pas à franchir pour disposer du droit au recommencement… »